Réussite en licence : moins d’un étudiant sur trois obtient son diplôme en trois ans

Par Amélie Petitdemange, publié le 05 Decembre 2019
4 min

29% des étudiants de la session 2018 ont obtenu leur diplôme de licence en trois ans. Un pourcentage en légère hausse, mais qui cache de fortes disparités selon les profils.

Le taux de réussite en licence augmente légèrement mais reste assez bas, notamment pour certaines filières, selon les chiffres publiés mercredi 4 décembre par le ministère de l’Enseignement supérieur. Près d’un tiers des bacheliers 2014 inscrits en L1 l’année de leur bac ont obtenu leur licence en trois ans, et 13% l’ont obtenue en quatre ans.

Le taux de réussite en trois ou quatre ans s’élève ainsi à près de 42% pour la session 2018. Les résultats s’améliorent lentement : la hausse est évaluée à 0,7 point par rapport à l’année précédente. Elle est de plus de 3 points par rapport à 2009.

Cette légère augmentation cache cependant des disparités. Si les étudiants des filières droit et sciences politiques sont 46% à obtenir une licence en trois ou quatre ans, ceux qui suivent un cursus en sciences économiques ou AES sont seulement 36%.

Ces différences s’expliquent là aussi en partie par le profil scolaire des étudiants, les bacheliers ayant eu une mention "bien" ou "très bien" au baccalauréat étant plus nombreux à poursuivre leurs études supérieures en licence de droit ou sciences politiques.

Lire aussi

L’écart se creuse entre bacs généraux, bacs pros et bac technos

Le type de bac et la mention jouent également sur la réussite à la fac. Plus d’un tiers des titulaires d’un baccalauréat général ont validé leur licence en trois ans et plus de la moitié en trois ou quatre ans.

A contrario, les bacheliers technologiques de la session 2018 ont été moins de 10% à réussir leur licence en trois ans et 15% en trois ou quatre ans. Un taux de réussite qui est encore plus faible pour les bacheliers professionnels. Les écarts de réussite entre bacheliers généraux et bacheliers technologiques ou professionnels se sont d’ailleurs creusés de 2 points par rapport à la session 2017.

Cet écart pourrait cependant se resserrer grâce à l’accompagnement personnalisé dont bénéficieront nombre de ces étudiants depuis la mise en place du dispositif "Oui, si" à la rentrée 2018. Notamment destiné aux bacheliers pros et technos, il permet entre autres de réaliser sa L1 en deux ans.

Lire aussi

Depuis 2018, la loi ORE (Orientation et réussite des étudiants) prévoit en effet la mise en place de "dispositifs d’accompagnement pédagogique" afin de favoriser la réussite de tous les étudiants. Vous aurez donc droit à des dispositifs d’accompagnement adaptés à votre profil, des cours de méthodologie ou encore des conseils d'étudiants tuteurs. Enfin, la sélection à l’entrée en licence pourrait également améliorer le taux de réussite pour les années à venir.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !