1. Quelles licences pro pour travailler dans l’hôtellerie-restauration ?
Enquête

Quelles licences pro pour travailler dans l’hôtellerie-restauration ?

Envoyer cet article à un ami
La restauration collective cherchent des jeunes qualifiés. // © Sophie Blitman
La restauration collective cherchent des jeunes qualifiés. // © Sophie Blitman

Responsable dans de grandes chaîne, voici le type de poste à responsabilités auquel mènent différentes licences pro dans le secteur de l’hôtellerie-restauration.

À 26 ans, Erwan Soran est directeur adjoint d’un site de restauration d’entreprise à Neuilly-sur-Seine (92) : il nourrit 250 clients tous les jours, et gère une équipe de sept salariés. Un poste de manager qu’il a obtenu dès sa sortie de la LP en alternance “organisation et gestion des établissements hôteliers et restauration, parcours restauration collective et commerciale” (option ingénierie et management dans les métiers de la restauration collective et commerciale), à l’EPMTTH (École de Paris des métiers de la table, du tourisme et de l’hôtellerie).

Avec son BTS (brevet de technicien supérieur) hôtellerie-restauration, il ne pouvait être qu’assistant. “Sodexo, Elior, Compass : pour remplacer les prochains départs à la retraite, les enseignes de la restauration collective cherchent des milliers de jeunes qualifiés”, explique Éric Malaprade, qui a créé cette licence afin de répondre à la demande des acteurs de la restauration professionnelle, qui souffrent d’une méconnaissance de leurs métiers.

Gestion et management au programme

“Les jeunes confondent notre domaine avec celui de la cantine scolaire. Mais la restauration collective, ce sont aussi des restaurants haut de gamme pour les dirigeants, et même quasi gastronomiques. Avantages : les évolutions de carrière y sont rapides, et on ne travaille ni les soirées ni les week-ends.” Les 20 places sont ouvertes aux titulaires de BTS (brevet de technicien supérieur) hôtellerie-gestion, diététique ou avec une petite expérience dans le secteur (un job étudiant par exemple), quel que soit leur parcours d’études. Au programme : de la gestion et du management pour l’essentiel. “Aucune erreur de gestion n’est permise quand il s’agit de servir jusqu’à 2.000 clients par jour”, expose Éric Malaprade. Son ancien élève le sait : il gère 30.000 € de stocks chaque mois.

Quelles licences pro ?
• Hôtellerie et tourisme, spécialité management des entreprises de l’hôtellerie et de la restauration (Évry-Val-d’Essonne),
• Hôtellerie et tourisme, spécialisée en management international de l’hôtellerie et de la restauration (Lyon 3),
• Hôtellerie et tourisme, spécialité restauration gastronomique à vocation internationale parcours traiteur événementiel et banqueting (Cergy-Pontoise),
• Management des organisations option encadrement et exploitation en hôtellerie et restauration de luxe (Paris 10)
• Management des unités de restauration (Montpellier 1),
• Organisation et gestion des établissements hôteliers et restauration, parcours restauration collective et commerciale (Marne-la-Vallée),
• Sciences de gestion spécialité métiers des arts culinaires et des arts de la table (Angers)…

Retour au sommaire

Secteur par secteur : les licences pro qui vous garantissent un emploi

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quelles licences pro pour travailler dans l'économie sociale et solidaire ? Quelles licences pro pour travailler dans l’hôtellerie-restauration ? Quelles licences pro pour travailler dans le numérique ? Quelles licences pro pour travailler dans la mécatronique ? Quelles licences pro pour travailler dans le droit ? Quelles licences pro pour travailler dans le sport ? Quelles licences pro pour travailler dans le développement durable ? Quelles licences pro pour travailler dans les services à la personne ?