1. Quelles licences pro pour travailler dans le numérique ?
Enquête

Quelles licences pro pour travailler dans le numérique ?

Envoyer cet article à un ami
L'essor des jeux en ligne pour smartphones crée de belles opportunités pour les jeunes diplômés. // © iStockphoto
L'essor des jeux en ligne pour smartphones crée de belles opportunités pour les jeunes diplômés. // © iStockphoto

Créateur(trice) de jeux et d'applis, voici le type de poste à responsabilités auquel mènent différentes licences pro dans le secteur du numérique.

Avec l'essor des jeux pour tablettes et smartphones, on compte aujourd'hui plus de 31 millions de joueurs dans l'Hexagone. Une industrie dynamique, mais qui n'emploie que 5.000 personnes dans 250 entreprises, surtout des petits studios indépendants.

"C'est là que se situent les postes à pourvoir et non dans les studios prestigieux comme Ubisoft, note Alice Herniaux, responsable de l'une des LP (licences pro) historiques du secteur : la LP TAIS (techniques et activités de l'image et du son), level designer et game designer de l'IUT de Bobigny (93). "Il n'y a pas de débouchés pour nos diplômés dans le jeu 'triple A' comme 'Call of Duty', avertit-elle, notre cœur de cible, c'est le jeu pour réseaux sociaux."

Après un DUT MMI

Pour devenir game designer ou level designer (concepteur des règles du jeu ou du parcours du joueur), il faut donc s'intéresser à tous les types de jeux. Avant une candidature à la LP, très demandée (20 places pour 120 demandes), la responsable conseille d'acquérir une solide culture du jeu : salons, sites de référence...

La majorité des places revient aux élèves titulaires d'un DUT (diplôme universitaire de technologie) MMI (métiers du multimédia et de l'Internet), "qui forme de jeunes polyvalents" ou d'un BTS (brevet de technicien supérieur) design graphique, mais tout autre candidat – DUT SIO (services informatiques aux organisations) option solutions logicielles, BTS métiers de l'audiovisuel... – a ses chances s'il a déjà "imaginé un jeu".

La création de prototypes, mêlant travail graphique et développement, sera bien sûr au programme de la LP. Juste après son diplôme, Maëlle Heltez, en attendant de trouver un job, a participé à des "game jams" (défis en équipes sur quarante-huit heures) et édité des niveaux additionnels aux jeux commercialisés. "Des projets que l'on peut montrer, c'est toujours une bonne carte de visite", conseille la jeune fille, recrutée depuis comme scénariste pour un jeu sur Facebook.

Quelles licences pro ?
• Création multimédia (La Rochelle),
• Métiers de l'édition spécialité coordination et conception d'univers vidéoludiques (Montpellier 3),
• Systèmes informatiques et logiciels, développement d'applications mobiles (IUT de Nice),
• TAIS spécialité développement d'applications pour l'animation et le jeu vidéo (Évry-Val-d'Essonne),
• TAIS, level designer et game designer (IUT de Bobigny)…

Retour au sommaire

Secteur par secteur : les licences pro qui vous garantissent un emploi

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quelles licences pro pour travailler dans l'économie sociale et solidaire ? Quelles licences pro pour travailler dans l’hôtellerie-restauration ? Quelles licences pro pour travailler dans le numérique ? Quelles licences pro pour travailler dans la mécatronique ? Quelles licences pro pour travailler dans le droit ? Quelles licences pro pour travailler dans le sport ? Quelles licences pro pour travailler dans le développement durable ? Quelles licences pro pour travailler dans les services à la personne ?