1. Sélection à l'université : tout savoir sur les collèges de droit
Enquête

Sélection à l'université : tout savoir sur les collèges de droit

Envoyer cet article à un ami
L'université de Montpellier propose un collège de droit. // © David Richard/Transit pour l'Université de Montpellier
L'université de Montpellier propose un collège de droit. // © David Richard/Transit pour l'Université de Montpellier

Pour rejoindre ces cursus d’excellence au rythme soutenu, sachez qu’il va falloir passer par le cap de la sélection. Des étudiants et des responsables de formation vous donnent leurs conseils pour maximiser vos chances d’être admis.

Si le droit vous attire et si vous avez une grande capacité de travail, vous pouvez envisager d’intégrer les écoles ou les collèges de droit universitaires. Sachez que ces parcours d'excellence, suivis en parallèle de la licence, sont réservés à quelques heureux élus, triés sur le volet.

L’université Paris 2-Panthéon-Assas a été la première à créer un collège de droit en 2007. Actuellement, plus d’une dizaine de facs proposent ce qui constitue en réalité un DU (diplôme d'université), adossé à la licence de droit, dont le contenu, l’évaluation, les modalités d’admission et le coût dépendent de chaque établissement. Les étudiants bénéficient, dans ce cadre, d’enseignements complémentaires et de conférences de haut niveau avec des professionnels – trois ou quatre heures de cours par semaine –, tandis que dans certaines universités, telle celle de Grenoble, les cours sont regroupés sur deux semaines, à la fin du second semestre.

Développez un esprit critique

“Avec le collège de droit, nous voulons permettre aux étudiants d’approfondir les matières juridiques, de renforcer leur capacité de travail et également de développer leur curiosité”, affirme Pierre Crocq, le responsable de cette formation à l’université Paris-Assas. “Surtout, notre DU est très connu dans les milieux professionnels, ce qui permet aux ­étudiants de trouver facilement des stages en cabinet d’avocats”, ajoute-t-il.

À l’université de Rennes, le parcours d’excellence peut favoriser l’accès au master de son choix. “À Montpellier, nous avons créé ce type de parcours afin de développer la culture générale, l’esprit critique et les compétences à l’oral”, explique Carine Jallamion, directrice de ce collège de droit. À la fin de la première année, les étudiants organisent, par exemple, un procès fictif pendant une semaine. L’an dernier, Dark Vador était l’accusé.

“À l’université Grenoble-Alpes, les étudiants assistent à des procès”, indique la responsable du parcours, Sylvie Rouxel, qui organise aussi des conférences. “Un médecin en soins palliatifs est intervenu dans ce cadre, ce qui a permis d’aborder les liens entre droit et santé”, illustre-t-elle.

Des cours en petits groupes

Pour Alexandra, étudiante en L2 de droit à l’université de Montpellier, l’intérêt du collège réside aussi dans le fait d’être encadré : “À la fac, il faut être très autonome pour réussir. Cela peut être déroutant quand on vient du lycée. D’autant plus qu’en première année, nous devons appréhender de nouvelles matières, maîtriser le vocabulaire juridique et comprendre la méthode du commentaire d’arrêt. Le fait d’être en petit groupe trois heures par semaine crée une cohésion très forte.”

Lire aussi : Comment la fac est devenue sélective

Montrez votre motivation

Pour toutes les raisons vues précédemment, ces parcours d’excellence connaissent un franc succès. Le collège de droit de Paris-Assas reçoit, en première année de licence, plus de 300 demandes pour une centaine de places offertes, sachant que l’université exige une mention très bien au baccalauréat.

À Grenoble, la sélection repose sur les notes du premier semestre de licence, tandis qu’à Montpellier la lettre de motivation et l’entretien sont déterminants.

“Lors de l’entretien, il ne faut pas hésiter à parler des rencontres qui vous ont marqué ou des grands procès dont la couverture médiatique vous a intéressé”, conseille Carine Jallamion.
Avant de poursuivre : “Nous sélectionnons régulièrement des bacheliers avec des notes moyennes mais qui sont passionnés.” Quoi qu’il arrive, sachez que si vous n’êtes pas pris dès la L1, il vous sera toujours possible d’intégrer le collège de droit au moment de la deuxième ou de la troisième année de licence.

À retenir

Plus d’une dizaine d’universités proposent un collège ou une école de droit : Aix-Marseille Université, Caen, Grenoble-Alpes, La Réunion, Lyon 3, Montpellier, Panthéon-Assas, Paris-Nanterre, Paris-Sud, Rennes 1, Saint-Étienne, Toulouse 1-Capitole et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Accès : mention très bien au bac, notes du premier semestre de L1 et lettre de motivation peuvent être déterminantes.