1. Sélection à l'université : tout savoir sur les écoles Polytech
Enquête

Sélection à l'université : tout savoir sur les écoles Polytech

Envoyer cet article à un ami
À l'université d'Orléans se trouve une école Polytech. // © Polytech Orléans
À l'université d'Orléans se trouve une école Polytech. // © Polytech Orléans

Il existe, en France, 14 écoles d’ingénieurs internes à des universités, appelées Polytech. Et comme toutes les autres écoles d’ingénieurs, elles donnent le titre d’ingénieur à leurs diplômés.

“C’est le système de la prépa intégrée qui m’a attiré”, explique Rémi, qui a intégré Polytech Nantes, juste après son bac. La formation, en cinq ans, s’organise, en effet, autour des deux années du cycle préparatoire, suivies de trois années du cycle ingénieur.

“Dès la terminale, poursuit le jeune homme, mon projet était clair : je savais que je voulais devenir ingénieur en matériaux, une spécialisation que proposent les écoles Polytech. Je n’ai donc pas hésité, d’autant plus que je n’avais pas envie de passer deux ans dans l’environnement ultracompétitif d’une prépa classique.” Au final, les étudiants peuvent se spécialiser dans 12 grands domaines scientifiques, allant de l’environnement aux matériaux, en passant par le génie civil ou encore l’informatique et la mécanique.

Désormais en première année du cycle ingénieur, Rémi, ancien bachelier scientifique mention très bien, ne regrette pas son choix : “Le PEIP (parcours des écoles d’ingénieurs Polytech) est une formation sur mesure, qui vise à nous préparer au cycle ingénieur. Les cours ne sont ni trop théoriques, ni trop pratiques.” En première année, les disciplines étudiées sont principalement l’informatique, les mathématiques, la mécanique et la thermodynamique.

Lire aussi : Comment la fac est devenue sélective

Une ouverture à l’international

Pour Rémi, l’autre grande qualité de Polytech est de donner aux étudiants l’opportunité – et le temps – de s’impliquer dans la vie associative de l’école, un point essentiel pour ce membre de la Junior-Entreprise. Même si, précise-t-il, “avec environ 20 heures de cours par semaine, et une part croissante de projets en groupe, il faut travailler très sérieusement et être très vite autonome si l'on veut réussir”.

La formation comprend aussi un stage obligatoire de deux mois à l’étranger. Les étudiants qui le souhaitent peuvent passer un semestre dans une université hors de France. À cet égard, “le fait d’être une école interne à une université est un gros avantage », estime Rémi, pour qui la marque de l’université est “très attractive à l’international”.

Cinq niveaux d’intégration

Il est possible d’intégrer une école Polytech en première ou seconde année du cycle préparatoire, ainsi qu’en première ou deuxième année du cycle ingénieur. Des voies d’accès différentes ont été créées à destination respectivement des bacheliers S, STI2D ou STL, des étudiants de PACES, des élèves de classes préparatoires, des étudiants en L2, L3 ou titulaires d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) ou d’un BTS (brevet de technicien supérieur), ou encore des étudiants de niveau bac+4.

14 universités possèdent une école Polytech : Annecy-Chambéry, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Lorraine, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Orléans, Paris-Sud, Tours et l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie). Si vous êtes en terminale S, il existe un concours unique qui vous permettra d’accéder à toutes ces écoles. Il comporte deux étapes : une analyse du dossier scolaire pour tous les candidats, puis un entretien de motivation ou des épreuves écrites.

CMI : le dernier-né des formations sélectives

Les CMI (cursus master en ingénierie), contrairement à ce que leur nom laisse penser, sont des parcours adossés à des licences scientifiques, qui recrutent dès la L1. Dans ce cadre, les étudiants bénéficient de cours supplémentaires, d’un lien direct avec les laboratoires de recherche et d’une pédagogie par projet. À la rentrée 2016, 25 universités proposaient 102 CMI dont l’inscription passe par Admission postbac. Certaines universités prennent aussi des étudiants à l’issue du premier semestre de L1 ou à l’entrée de la L2.
Ces parcours ont pour objectif de développer un nouveau modèle de formation des ingénieurs, inspiré du système anglo-saxon, sur cinq ans, par opposition au modèle français découpé en deux cycles – deux ans en classe préparatoire, puis trois ans en école d’ingénieurs.
Seul bémol, les CMI forment les étudiants à l’ingénierie mais ne leur donnent pas le titre d’ingénieur, apanage des écoles habilitées par la CTI (Commission des titres d'ingénieurs), dont font partie les écoles Polytech.