1. S'orienter après un bac S : existe-t-il une sélection à la fac ?
Coaching

S'orienter après un bac S : existe-t-il une sélection à la fac ?

Envoyer cet article à un ami

Si l’université est censée être ouverte à tous les étudiants, faut-il néanmoins considérer qu’une certaine sélection s’opère, durant le cursus cette fois-ci ? Extraits du guide Que faire avec un bac S ?, de Thomas Fourquet, aux éditions l'Étudiant.

Au premier abord, la question peut sembler saugrenue, la non-sélection à l'entrée étant l'un des principes de fonctionnement de l'université française (Paris-Dauphine, qui pratique une sélection sur dossier à l'entrée, fait exception). À condition d'obtenir le bac, vous pouvez vous inscrire dans n'importe quelle discipline et n'importe quelle université, même si celle-ci peut émettre un avis sur votre dossier. Pourtant, il existe bel et bien une sélection à la fac : elle intervient durant le cursus, au passage en deuxième, en troisième année et surtout en master. Au contraire de la prépa, où la sélection s'opère après deux ans à travers le concours, l'université procède donc à une sélection graduelle.

 
Première année : abandons et réorientations
  

La première année est décisive dans le cursus universitaire. Les études de santé constituent un cas particulier avec le numerus clausus qui apparente la fin de la première année à un concours. Pour le reste des filières, l'année doit être validée par l'obtention de 60 crédits.

En effet, il existe désormais un système nommé ECTS (European Credit Transfert System), destiné à harmoniser l'enseignement supérieur en Europe. À chaque unité d'enseignement (UE) – en pratique un "cours" semestriel comportant le cours magistral, les travaux dirigés et éventuellement les travaux pratiques – correspond un certain nombre de crédits. Ces derniers ne sont validés que si vous obtenez la moyenne au semestre. Une note de 8/20 dans une UE peut néanmoins être "compensée" par une note de 12/20 dans une autre UE : c'est le système dit de compensation. Ainsi, si vous obtenez la moyenne globale au semestre, les 30 crédits sont validés.

Il existe également, dans certaines universités, une compensation annuelle (entre les deux semestres) : renseignez-vous dès le début de l'année pour éviter les mauvaises surprises !

fleche-rouge Déperdition

Mais le principal facteur de sélection, ce sont les abandons ou réorientations. "Il y a une "déperdition" de 30% des étudiants au cours de la licence 1 de biologie, témoigne Anne Aubert. Mais seulement un tiers de ces cas correspond à de véritables abandons d'études ; les autres départs sont liés à des réorientations dans d'autres types de cursus, notamment les concours paramédicaux." Les effectifs diminuent donc fortement entre la première et la deuxième année du simple fait des départs.

La sélection elle-même est généralement considérée comme modérée (à l'exception du droit et de la médecine) : "Je connais plusieurs étudiants qui travaillent peu et s'en sortent avec une moyenne de 10, indique Dimitri, en master 1 de biochimie à Tours. Mais d'environ 400 élèves en licence 1, nous sommes passés à 200 en licence 2, à 100 en licence 3. En master 1 de biochimie, nous sommes 80 au premier semestre. Au deuxième semestre, nous choisissons une spécialisation. Dans la mienne, la biologie végétale, nous ne serons que quatre. "

De l'entrée en licence au premier diplôme, après trois ans, il existe donc bel et bien une sélection conséquente : ce sont essentiellement la motivation et le travail qui font la différence.

 
Le master, étape décisive

 

Le master est l'étape la plus importance d'un cursus en bac+5 : en effet, les universités pratiquent une sélection parfois sévère entre le master 1 et le master 2, et certains sont exceptionnellement autorisés à pratiquer cette sélection dès la première année, notamment les IAE (instituts d'administration des entreprises).

D'autres opèrent une sélection de fait en raison du nombre de places limité. Il faut alors effectuer des choix stratégiques, en fonction de son projet professionnel, de ses envies et des spécialités offertes par les différentes universités. Ainsi Dimitri, qui se destine à la biologie végétale, a postulé aux masters de biologie végétale tropicale et d'écologie biodiversité de l'université Montpellier 2.
Il a été reçu au second, mais a finalement opté pour le master de biochimie à Tours, où il avait obtenu sa licence 3 : "Il m'a paru plus pertinent de faire de la biologie moléculaire pour me spécialiser ensuite dans le végétal, plutôt que de passer par des enseignements généraux sur l'environnement", explique-t-il.

Le processus de sélection vers le master 2, particulièrement rigoureux dans certaines filières comme la psychologie, prend souvent la forme d'un entretien, où la motivation et l'expérience (notamment en stage) jouent un rôle essentiel. Certains masters peuvent même ajouter une épreuve écrite. Cette étape demande une véritable réflexion sur l'orientation et le choix du master, car il peut se révéler nécessaire de changer d'université pour obtenir l'option ou la spécialité que vous convoitez. Les masters les plus prestigieux sont également les plus sélectifs et attirent des étudiants de toute la France.



Que faire avec un bac SPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Que faire avec un bac S ", par Thomas Fourquet.


Sommaire du dossier
Retour au dossier S’orienter après un bac S : l’université, un choix par défaut ? S’orienter après un bac S : l’université, au-delà des clichés S’orienter après un bac S : quelle différence entre l’enseignement des matières scientifiques au lycée et à l’université ? S'orienter après un bac S : existe-t-il une sélection à la fac ? S’orienter après un bac S : à l’université, serai-je livré(e) à moi-même ? S’orienter après un bac S : à l’université, les services d’orientation pour faire mûrir votre projet professionnel