1. Licence de STAPS : comment intégrer si vous n'avez pas été tiré au sort ?
Décryptage

Licence de STAPS : comment intégrer si vous n'avez pas été tiré au sort ?

Envoyer cet article à un ami
Peu d'élus en STAPS au départ, mais une possibilité d'être rattrapé en L2.
Peu d'élus en STAPS au départ, mais une possibilité d'être rattrapé en L2.

Vous vouliez intégrer une première année de STAPS mais vous avez été victime du tirage au sort ? Il existe encore un espoir, mince mais réel, de rejoindre la licence sous certaines conditions.

La voie est étroite mais a le mérite d'exister. Si jamais vous ne faisiez pas partie des heureux élus tirés au sort lors de la dernière et troisième phase d'admission d'APB, le 14 juillet 2016, ne baissez pas les bras !

En effet, face à l'hécatombe liée au tirage au sort, les doyens de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) acceptent chaque année un petit nombre d'étudiants en réorientation à l'issue du premier ou du second semestre de l'année universitaire. Ces derniers intègrent alors la première ou la deuxième année de licence STAPS après avoir suivi le début d'un autre cursus pour lequel ils avaient postulé, sur APB ou non.

Où s'informer ?

Ces passerelles sont à la discrétion de chaque doyen. Il est donc impératif que vous vous rapprochiez de l'UFR (unité de formation et de recherche) de STAPS de votre université. Signalez-vous dès la rentrée, demandez des informations et conseils sur les possibilités de réorientations. Il est important que les responsables de la scolarité vous identifient.

Où s'inscrire en attendant ?

En attendant une potentielle réorientation en STAPS, les doyens recommandent de s'inscrire en licence de sciences de la vie et de la Terre, en PACES (première année commune aux études de santé), voire dans un BTS (brevet de technicien supérieur) en lien avec les sciences de la vie. “C'est handicapant pour les bacheliers ES et L, mais il vaut mieux privilégier une inscription dans une formation scientifique”, insiste Christine Le Scanff, doyenne au sein de l'université Paris-Sud.

À Montpellier, par exemple, l'UFR de STAPS a passé un accord avec les responsables de la PACES et accepte en réorientation tous les étudiants ayant validé leurs examens du premier semestre. Des passerelles existent également avec les autres composantes de l'université, mais l'admission se fait alors au cas par cas.

Une sélection sur dossier

Dans la plupart des universités, l'admission se fait après examen du dossier de l'étudiant. “Le ‘background’ sportif du candidat, son dossier académique ainsi que l'avancement de son projet professionnel sont les principaux éléments examinés”, indique Aurélien Pichon, directeur de l'UFR STAPS de l'université de Poitiers. Malgré la déception de n'avoir pas été admis au tirage au sort, il est donc important de rester motivé et de se mettre au travail dès le début de l'année !

Pour quelques élus de plus

Didier Delignières, directeur de l'UFR à Montpellier et président de la Conférence des doyens, met toutefois en garde les étudiants : “Le nombre de réorientations dépend du nombre d'abandons. Seuls quelques étudiants en bénéficient.” Dans son UFR, environ 25 étudiants sont ainsi admis à l'issue du premier semestre puis une grosse dizaine en fin d'année. À Poitiers, ils sont entre 10 et 20 à profiter chaque année de ces réorientations.