1. STAPS : quels seront les "attendus" pour intégrer la filière ?
Décryptage

STAPS : quels seront les "attendus" pour intégrer la filière ?

Envoyer cet article à un ami
Les règles d'admission en licence de STAPS, à l'université, sont modifiées pour la rentrée 2018. // © Guillaume Mollaret
Les règles d'admission en licence de STAPS, à l'université, sont modifiées pour la rentrée 2018. // © Guillaume Mollaret

Pour intégrer STAPS à la rentrée 2018, il faudra disposer de certaines connaissances et compétences. Des "attendus" qui seront définis pour chaque formation. Quelles notes vous faudra-t-il avoir ? Quelles matières vont être regardées de près ? Comment sera valorisé votre niveau en sport ? L'Etudiant fait le point.

Pour les filières universitaires "en tension", les règles d'admission changent à la rentrée 2018. Plus de tirage au sort, mais une sélection des dossiers des élèves lorsque les demandes seront plus importantes que les places disponibles en licence.

STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ne devrait pas faire exception : en 2016, c'est dans cette filière que près d'un tiers des tirages au sort ont eu lieu. En clair, pour intégrer cette formation, il vous faudra un "parcours" et un "projet" cohérents mais aussi une bonne dose de "motivation" !

Lire aussi : Parcoursup remplace APB pour les vœux d'orientation postbac

Quels prérequis faudra-t-il avoir ?

Les universités devraient donc sélectionner en priorité certains dossiers. Pour faire partie des heureux élus, il faudra disposer de certaines compétences scientifiques et sportives. Il faudra aussi faire preuve de qualités rédactionnelles et avoir eu un investissement associatif ou assuré des responsabilités collectives.

Concrètement, quelles notes faudra-t-il avoir ? Quel bac ? Si rien n'est encore tout à fait arbitré par le ministère de l'Enseignement supérieur, plusieurs pistes se dessinent. "Quatre grands domaines de compétences vont être regardés de près", explique Didier Delignières, le président de la Conférence des directeurs d’UFR STAPS, qui planche depuis quelques mois sur le sujet "des attendus" nécessaires pour rejoindre ces formations.

Il devrait s'agir :

  • des compétences scientifiques : notes de première et terminale pondérées par rapport à la moyenne de la classe et à la filière de bac ;
  • des compétences littéraires : notes et résultats du bac français ;
  • des compétences sportives : notes d'EPS, engagement à l'UNSS (Union nationale du sport scolaire), licences sportives…
  • de l'engagement associatif : BAFA (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur), travail d’animateur en club sportif, brevet de secouriste…

Chacun de ces grands ensembles pourrait être noté sur 30 avec un total de 120 points. "Ce qui permettrait à un étudiant qui n'est pas très bon en mathématiques de se rattraper dans un autre domaine. L'idée est de conserver une diversité de profils dans notre cursus", souligne Didier Delignières.

Lire aussi : La rentrée en STAPS : "Ceux qui ne viennent que pour le sport vont vite manquer à l'appel"

Les bacheliers professionnels et technologiques pourront-ils encore tenter leur chance ? "Si l'élève a le bon nombre de points, cela ne posera aucun problème", assure le président de la Conférence des directeurs d’UFR STAPS. Si dans certaines formations en tension, une lettre de motivation pourrait être demandée aux candidats, cela ne devrait pas être le cas de la filière STAPS. En revanche, ces "attendus" pourront légèrement varier d'une université à l'autre selon les spécificités de la formation.

Et si je n'ai pas le niveau ?

Les universités vont devoir examiner à la loupe chaque dossier pour ensuite "classer" les candidats. "Selon nos estimations, pour 60 % des élèves, tous les voyants devraient être au vert. Ce sont pour les autres qu'il faudra regarder attentivement le profil", précise Didier Delignières. Les élèves qui n'auraient pas obtenu de place se verront proposer une mise à niveau. C'est le fameux "oui, si" qui apparaîtra alors en réponse à leur vœu sur Parcoursup, la nouvelle plate-forme qui remplace APB.

En STAPS, la réflexion s'oriente vers une adaptation du cursus plus qu'une remise à niveau avant l'été. "Nous sommes en train d'examiner cette question, mais l'idée serait de proposer des parcours adaptés comme des licences en quatre ans." Ce type de formule est déjà expérimentée dans certaines universités comme à Nantes pour les bacheliers professionnels.

En mai-juin, si vous n'avez pas de réponse positive à l'un de vos dix vœux, pas de panique ! Une commission devrait vous proposer une formation proche de vos souhaits initiaux (autre licence, DEUST, mentions complémentaires…). Cette nouvelle mesure intervient alors qu'une réflexion sur la création d’une filière "métiers du sport" (BTS, bac pro) en lycée professionnel devrait aboutir "dans quelques mois". De quoi libérer de nouvelles places.