1. Licence arts plastiques de Bordeaux 3 : une filière dynamique
Reportage

Licence arts plastiques de Bordeaux 3 : une filière dynamique

Envoyer cet article à un ami

Récemment réorganisée, l'université Michel-de-Montaigne – Bordeaux 3 de lettres et sciences humaines et sociales développe de nouvelles licences interdisciplinaires où se rencontrent lettres, arts plastiques et sciences. Autre secteur dynamique : le journalisme grâce à l'école implantée en centre-ville. Reportage au sein d'une université innovante.

La licence mention arts plastiques de Bordeaux 3 est l’une des 7 mentions proposées par le département arts de l’université. Celui-ci accueille un millier d’inscrits. Les étudiants sont généralement recrutés sur dossier. Dans la plupart des mentions, le nombre de places est très limité (40 en design, 60 en cinéma ou théâtre, 21 en chanson française – voir l’encadré, etc.).

En arts plastiques, la mention avec les plus gros effectifs, on recense 144 étudiants. Parmi eux, Ludivine termine sa licence 3. Au second semestre, l’étudiante a consacré beaucoup de temps à son projet artistique personnel, l’édition d’une ligne de tee-shirts sérigraphiés. Du dessin jusqu’à la commercialisation en passant par l’impression du textile et la création d’un blog dédié, Ludivine a mis en place toute la chaîne de création.



Un projet où l’étudiante se retrouve assez autonome mais qui comprend des rendez-vous réguliers avec un enseignant, lui-même auteur-illustrateur. "Cela nécessite beaucoup d’investissement personnel en dehors des cours", reconnaît Ludivine, qui a créé un blog.

 
Des expositions dans un pré

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la pratique artistique n’est pas délaissée à l’université. Elle représente même la moitié des 20 heures hebdomadaire, et des événements culturels sont organisés chaque semaine.

La fermeture temporaire pendant 6 mois, pour travaux, de la Maison des arts (voir photo), qui accueille habituellement les ateliers pratiques, a un peu modifié les habitudes des étudiants. "Nous avons choisi de détourner la contrainte à notre avantage. Par exemple, en exposant nos travaux dans des lieux atypiques : un petit bureau, un pré ou même dans les réserves de la bibliothèque !", s’amuse Ludivine.

Pour l’automne 2012, l’association étudiante Frictions a lancé un appel à projets auprès des étudiants et des anciens sur le thème Vertige de la lumière.  L’exposition se déroulera au forum des arts de Talence, non loin du campus. "Le tissus urbain bordelais est très dense en matière d’offre artistique, ce qui est un vrai avantage pour nos filières", confie Elizabeth Magne, la directrice du département arts.

 
Workshop de prérentrée

 

Tous les étudiants inscrits en licence 1 bénéficient d’une semaine de prérentrée sous la forme d’un workshop artistique. Encadrés par un artiste professionnel, les 180 étudiants se retrouvent en immersion pour réaliser la bande-annonce d’un événement ou pour imaginer une performance collective.

En 2011, par exemple, toute la promotion a participé à une résidence d’artistes à Monflanquin, dans le Lot-et-Garonne. "C’est l’occasion de créer un esprit de groupe tout de suite", se réjouit Élizabeth Magne.
 


Bordeaux 3 : une licence chanson française
Une nouvelle licence chanson d’expression française ouvrira au département des arts de Bordeaux 3 à la rentrée 2012. La filière est limitée à 21 étudiants recrutés sur dossier et audition. Les élèves de l'académie de Bordeaux titulaires d'un baccalauréat avec option musique facultative sont prioritaires.
Les cours portent sur l’interprétation vocale, la pratique instrumentale, la composition musicale, l’arrangement, l’orchestration, l’écriture de textes, les nouvelles technologies (informatique musicale, technique du son, vidéo), l’histoire de la chanson, la culture générale.
Sont aussi prévus des ateliers et des master class avec diverses personnalités du monde de la chanson...

Sommaire du dossier
Retour au dossier Licence culture humaniste et scientifique de Bordeaux 3 : faire dialoguer les disciplines Licence arts plastiques de Bordeaux 3 : une filière dynamique Bordeaux 3 : les journalistes de demain formés à l’IJBA