La licence pro administration et sécurité des réseaux de l’UdA : l’alternance avec l’emploi en vue

Par Fabienne Guimont, publié le 11 Avril 2012
6 min

UdA : 3 lettres pour "université d’Auvergne", une des 2 universités nichées au pied des volcans, à Clermont-Ferrand. Dans cette ville, siège de Michelin, la fac (ex-Clermont 1) s’est donné 2 slogans pour définir son identité : "Made in UdA" et "Premier fabricant de professionnels en Auvergne". Reportage dans cet établissement pluridisciplinaire (santé, droit-économie-gestion, technologies) qui compte 16.000 étudiants.

Une quarantaine d’étudiants intègrent chaque année la licence pro AESR (administration et sécurité des réseaux) de l’IUT (institut universitaire de technologie) de l’université d’Auvergne. Une trentaine d’entre eux sont en contrat de professionnalisation. Sélectionnés parmi quelque 200 candidats, ils ont pour la plupart un DUT (diplôme universitaire de technologie) réseaux et télécoms, informatique ou un BTS (brevet de technicien supérieur) informatique de gestion. "Les candidats peuvent être de niveau moyen. En revanche, à l’entretien, il faut qu’ils montrent qu’ils sont actifs pour rechercher une entreprise, qu’ils sont mûrs pour l’alternance", indique Florence Capallera, chef du département réseaux et télécoms de l’IUT.

 
Trouver son entreprise : un parcours du combattant

 

Parmi les étudiants ou jeunes diplômés, Kévin, Jean-Pierre et Elise, témoignent de leur parcours vers l’emploi grâce à l’alternance.

Elise a envoyé 70 candidatures spontanées et a été reçue par une dizaine d’entreprises. "Beaucoup étaient d’accord pour me prendre, mais pour du bénévolat !" La jeune diplômée de 25 ans finit par décrocher son contrat de professionnalisation avec l’hôpital psychiatrique de Clermont-Ferrand, après 3 entretiens. Un coup de pouce tout de même : la personne chargée des relations entreprises à l’IUT témoigne de sa motivation  "à 300 %" lorsque l’hôpital l’appelle. "L’alternance est plus motivante quand on a cherché son contrat soi-même. On en connaît le prix". Son conseil : chercher son entreprise très tôt. Dès décembre pour elle alors qu’elle était en BTS informatique de gestion tout en travaillant comme caissière. "Ma candidature n’avait rien pour plaire avec 2 années de galère entre mon bac ES et mon BTS. Mais en entretien, je pouvais dire que je connaissais la valeur des études et le monde du travail. Quelqu’un d’un peu plus âgé, grandi et mûri par l’expérience est aussi un plus pour l’entreprise".

 
Des liens IUT - entreprises

 
La voie a été beaucoup plus simple pour Jean-Pierre, également jeune diplômé. Son colocataire, parti étudier en Ecosse, effectuait son stage de fin de DUT réseaux et télécoms chez un installateur informatique local. Jean-Pierre, diplômé du même DUT, l’a remplacé en alternance en licence pro. "J’avais également postulé dans d’autres entreprises, comme Orange, partenaire de l’IUT. Finalement, je ne regrette pas d’avoir choisi cette structure de moins de 10 salariés. J’ai pu être très polyvalent contrairement à ceux qui ont signé avec Orange sur des missions très spécifiques".

Kévin, lui, est encore étudiant. Il a transformé son propre stage de DUT réseaux et télécoms en contrat de professionnalisation avec une PME fabriquant des capteurs de mesure des signaux. Il travaille au Limos, un laboratoire interuniversitaire d’informatique d’optimisation des systèmes installé à l’IUT et qui est en contrat avec son entreprise.
 


L’alternance : le temps de la maturation

 
"Dès le premier jour, le responsable de l’agence m’a dit qu’il voulait m’embaucher à la fin de l’alternance. Au bout de 2 mois, je savais que je voulais y rester", se souvient Jean-Pierre. Une intégration exemplaire. L’étudiant accompagne un collègue sur le terrain jusqu’en février, avant d’intervenir seul chez les clients : installation de téléphonie, d’alarmes ou de réseaux de sécurité auprès de clients répartis sur 4 départements. Il faut faire vite. "J’ai appris la notion de rentabilité, alors qu’un TP inachevé n’a comme conséquence qu’une mauvaise note."

De son côté, Elise se réjouit : "En installant le Wifi dans certaines unités de soin, j’ai gagné en autonomie grâce à mon tuteur qui me laissait résoudre les problèmes, tout en me donnant des conseils". Enfin, Kévin découvre sa mission cette année : il s’agit pour lui de mesurer les conséquences de la coexistence des technologies sans fil sur du matériel prêté par EDF. "Mes collègues du labo sont aussi mes profs. Je ne me sens pas complètement en entreprise, mais c’est très intéressant de travailler au contact de chercheurs."

 
Un début d’emploi ou un tremplin pour ailleurs ?

 
Rentabilité, autonomie, organisation : des mots qui parlent aux recruteurs. Comme promis, Jean-Pierre a signé son CDI (contrat à durée indéterminée) dès la fin de son contrat de professionnalisation. Il est technicien réseaux et téléphonie de la nouvelle agence ouverte à Clermont-Ferrand. Il gagne 1.550 € bruts par mois.

Arrivée 5e de sa promo, Elise finit un CDD (contrat à durée déterminée) de 6 mois comme administratrice des serveurs à la caisse d’assurance maladie du Puy-de-Dôme pour 1.850 € bruts par mois. "J’ai mis un mois et demi avant de trouver ce poste par Pôle emploi et j’ai très mal vécu cette période. J’avais peur de me retrouver à nouveau caissière". Son alternance a été décisive. "Ils cherchaient quelqu’un d’immédiatement opérationnel, avec des notions de gestion de projet et les logiciels utilisés étaient les mêmes qu’à l’hôpital". Son tuteur l’a conseillé sur les compétences pour ce poste. Pour la suite ? Elle sait qu’elle peut aussi compter sur le réseau des anciens. L’IUT lui envoie les offres de leurs entreprises. Un regret ? Le rythme de l’alternance ne lui a pas laissé de temps pour penser à sa poursuite d’études.

Quant à Kévin, EDF pourrait avoir besoin de ses compétences. Mais il n’aura à se décider que l’année prochaine, après avoir fini son master. Moins d’un an après leur diplôme, la quasi-totalité des diplômés 2009/2010 avait un emploi, en CDI pour la plupart. Certains ont trouvé un emploi dans une autre région.
  

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !