1. Idée reçue n° 2 : l’université, c’est pour les nuls !
Coaching

Idée reçue n° 2 : l’université, c’est pour les nuls !

Envoyer cet article à un ami

Que de clichés ressassés sur les universités ! Tantôt erronés, tantôt avérés, ces préjugés donnent une image biaisée des facs françaises. Passage en revue des affirmations les plus répandues, pour savoir à quoi vous attendre vraiment.

Faux, archifaux ! Parce qu’elles accueillent à chaque rentrée près de la moitié des bacheliers de l’année sans distinction ni sélection, les universités ont la réputation d’être réservées aux élèves les plus faibles. Pour en finir avec cette idée – et sans langue de bois –, il faut savoir que le profil type de l’étudiant qui réussit en licence est un élève de bon niveau en terminale et qui fait preuve de maturité, parvenant à se prendre en charge et à organiser son travail personnel.

L’échec à la fac est avant tout le fait d’étudiants qui, d’emblée, n’avaient pas le niveau minimal requis et qui ont opté pour une mauvaise orientation, à l’exemple des titulaires d’un bac pro. Ce sont les bacheliers généraux n’ayant jamais redoublé au lycée qui ont les meilleures chances de décrocher une licence en trois ans.

Enfin, à bac + 5, les universités peuvent se targuer d’attirer nombre des meilleurs élèves, issus des écoles d’ingénieurs ou de management, dans leurs masters les plus réputés, de la finance à la biologie en passant par la gestion.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Idée reçue n° 2 : l’université, c’est pour les nuls ! Idée reçue n° 3 : la fac n'est pas sélective Idée reçue n° 4 : la fac, c’est théorique Idée reçue n° 5 : à la fac, on fait ce qu’on veut Idée reçue n° 6 : la fac, c’est anonyme Idée reçue n° 7 : les facs sont délabrées Idée reçue n° 8 : l’université, c’est gratuit ! Idée reçue n° 9 : si je rentre en fac, je devrai faire au minimum cinq ans d’études Idée reçue n° 10 : la fac ne prépare pas à un métier