1. Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : un mastodonte interdisciplinaire
Reportage

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : un mastodonte interdisciplinaire

Envoyer cet article à un ami
La Sorbonne, l'un des établissements d'excellence sur la liste de la Fondation Kenza-Institut de France. // © Camille Stromboni
La Sorbonne, l'un des établissements d'excellence sur la liste de la Fondation Kenza-Institut de France. // © Camille Stromboni

PORTRAIT DE FAC. À quoi vous attendre si vous faites vos études à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne ? À découvrir un mastodonte de plus de 40.000 étudiants dispersés sur 27 sites, où l'on peut faire aussi bien du droit, de l'éco-gestion que des arts ou des sciences humaines. Des disciplines que vous pouvez même marier si vous intégrez son collège de doubles licences, cursus spécifiques pour étudiants triés sur le volet.

Quelque 42.000 étudiants, 25 licences, 27 sites d'études. L'université Panthéon-Sorbonne fait figure de mastodonte parisien, offrant de suivre ses études aussi bien en droit, science politique, économie et gestion, que dans les arts ou encore les sciences humaines. Un établissement "de masse et d'excellence", "de taille et de renommée internationales", relève l'AERES (Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur)

Un melting-pot d'étudiants

"La Sorbonne, c'est synonyme de prestige, souligne François, vice-président étudiant de l'université et actuellement en master 2 pro en relations internationales. Le poids de l'histoire est fort : quand on entre dans les bâtiments de la Sorbonne, on sait que de grands noms sont passés par là. Cela en impose."

Outre cette image d'excellence, Jessie en collait une autre à Paris 1 avant de l'intégrer en double licence droit-économie. "Je pensais que c'était une fac de sciences humaines un peu ‘hippie’ et plutôt ‘bobo’”, sourit l'étudiante de deuxième année. Verdict : "En fait, c'est un grand melting-pot et c'est ça qui m'a beaucoup plu." Le climat peut y apparaître aussi parfois assez "parisianiste", concède François. "Mais de toutes façons, même à Paris, entre un étudiant qui vient du Ier arrondissement, du XIIIe ou du XXe, il y a tout un monde."

Jongler entre les sites

"Tout un monde" existe également entre les 27 sites sur lesquels sont dispensées les formations de l'université Paris 1. Un éclatement qui illustre l'une des principales difficultés de l'établissement : la dispersion et le manque de locaux. "Il faut reconnaître qu'assez fréquemment, on rencontre de petits problèmes d'emplois du temps. Par exemple, on arrive pour un TD [travaux dirigés]... et un autre enseignant est déjà là, sourit François. Mais au final, on arrive toujours à se débrouiller pour trouver une salle." Les espaces de vie étudiante sont, eux aussi, très limités, et souvent, ce sont les couloirs qui font office de salle de travail.


Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne – Centre Panthéon ©Camille Stromboni oct2013 1Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne – Centre Panthéon // © Camille Stromboni (oct 2013)
Entrée et intérieur d'un amphi au centre Panthéon-Sorbonne. // © Camille Stromboni.


Côté organisation, cela peut d'ailleurs ressembler parfois... à un immense labyrinthe ! Car si les licences d'économie, de gestion ou de sciences humaines sont regroupées à Tolbiac – officiellement dénommé Centre Pierre-Mendès-France –, le premier cycle de droit se situe, lui, à Saint-Hippolyte (centre Port-Royal–René-Cassin, XIIIe arrondissement), tandis qu'une grande partie des masters sont à la Sorbonne ou au Panthéon. Quant aux arts plastiques, ils prennent leurs quartiers dans la chaudière Saint-Charles du XVe arrondissement... Vous avez suivi ?

Mais rassurez-vous, pendant une année de licence, vous ne fréquenterez en général qu'un seul et même site. "En licence 'normale' [hors doubles licences], ce n'est pas du tout le casse-tête. Il n'y a pas de changements au quotidien. Et découvrir un nouveau cadre d'une année sur l'autre, ça a son charme, décrit François. À Tolbiac par exemple, les locaux ne sont pas forcément esthétiques, mais le lieu est plutôt chaleureux, avec une cour où tout le monde peut se poser. Au Panthéon en revanche, c'est beaucoup plus beau, mais il y a moins d'endroits où se réunir pour discuter."

Une fac de gauche ?

Tolbiac et Panthéon font partie justement des principales implantations de Paris 1, avec chacune leur réputation. "Surtout Tolbiac la rouge", sourit Gaspard en l'identifiant clairement comme une fac de gauche. Et l'étudiant en deuxième année de double licence droit-économie de confier : "Le ministre Manuel Valls par exemple était le leader de l'UNEF [syndicat étudiant de gauche] ici, et faisait des blocages à son époque ! On sait que Tolbiac est souvent à l'arrêt, surtout quand la droite est au pouvoir."

Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne – Centre Tolbiac ©Camille Stromboni oct2013 1Le centre Tolbiac de l'université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne // © Camille Stromboni.


Une tradition que François éclaire aussi par une explication pratique : "À Tolbiac, il suffit d'empêcher l'accès aux ascenseurs, réunis dans un espace relativement petit, pour bloquer toute la tour", décrit le vice-président étudiant, à la tête de la Fédé Paris 1, regroupement apolitique d'associations. Le jeune homme estime pour sa part que cette réputation de "fac de gauche" appartient plutôt au passé, même si l'UNEF tient encore une place importante. "Aujourd'hui, pour une majorité d'étudiants, la politique, c'est hors de la fac", décrit le jeune homme.

Côté vie étudiante aussi, l'université a beaucoup changé. "Paris 1, c'est une grosse machine dans laquelle on peut se sentir un peu perdu en arrivant, reconnaît François. Mais les associations sont maintenant nombreuses. Une grande partie d'entre elles sont reliées aux filières de formations, d'autres relèvent de thématiques particulières, comme les concours de plaidoiries, l'accueil des étudiants étrangers, ou tout simplement les échecs, la voile..." À vous de vous renseigner en arrivant pour choisir la vôtre !

Sommaire du dossier
Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne : les doubles licences à l'honneur Diaporama : à quoi ressemble l'université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne ?