1. Université Stendhal-Grenoble 3 : la littéraire qui s’emploie à compter
Reportage

Université Stendhal-Grenoble 3 : la littéraire qui s’emploie à compter

Envoyer cet article à un ami
L'EVE (Espace de vie interuniversitaire) de l'université Stendhal, le cœur névralgique de la vie étudiante. // © Isabelle Dautresme
L'EVE (Espace de vie interuniversitaire) de l'université Stendhal, le cœur névralgique de la vie étudiante. // © Isabelle Dautresme

Rassemblant 12.000 étudiants sur trois sites et une dizaine de laboratoires de recherche, Stendhal fait figure de petite à côté des mastodontes l'UJF (université Joseph-Fourier) et l’UPMF (université Pierre-Mendès-France). Pour se démarquer, la fac de lettres, langues et arts, mise sur une offre de formation large et “connectée” au monde de l’entreprise. Portrait d’une petite littéraire qui cultive son côté métiers.

À 20 minutes du centre de Grenoble, en pleine nature, le campus de Saint-Martin-d'Hères, qui regroupe quatre établissements (le principal site de l'université Stendhal, l'université Joseph-Fournier, l'université Pierre-Mendès-France et l'IEP de Grenoble) a des faux airs d'université américaine : grandes étendues de pelouse, arbres centenaires d'où émergent bâtiments universitaires, bar, cafétéria, bibliothèque flambant neuve et autres salles de spectacles. En arrière-plan : la montagne, omniprésente. Un endroit où, aux dires des étudiants interrogés, il y fait bon étudier.

 
L'atout d'une ville étudiante qui bouge

 

"La vie à Grenoble ? Très agréable", lâche ainsi Vivien, étudiant en L3 lettres classiques. "C'est une ville qui bouge, à tous les niveaux : universitaire, culturel mais aussi sportif. Pour faire la fête, nous n'avons que l'embarras du choix", renchérit de son côté Côme, étudiant en M2 communication audiovisuelle à Échirolles.

La capitale du Dauphiné séduit les étudiants. Pour preuve, ils sont plus de 61.000 à y poursuivre leurs études pour une population de 160.000 habitants. Ils viennent de partout, y compris de l'étranger. "Rien qu'à Stendhal, 101 nationalités sont représentées", précise Monica Masper, directrice du département Lansad (langues pour les spécialistes d'autres disciplines).

Jennyfer, en M2 traduction, s'en réjouit : "En ville et sur le campus, on entend parler toutes les langues, on se croirait à l'étranger." Pour Mickaël, diplômé d'un master de traduction, la présence de ces étudiants étrangers est "une source d'ouverture formidable. D'autant qu'ils organisent de nombreuses manifestations en lien avec leur nationalité. Des occasions de découvrir d'autres cultures."

Université Stendhal-représentation théatrâle  à l'Amphidice
Représentation théâtrale à l'Amphidice, salle de spectacle rattachée à l'université Stendhal où se produisent notamment les ateliers théâtre, danse, chant de l'université. // DR.


Une fac d'art qui profite d'une vie culturelle riche

 

À Grenoble, la culture est à portée de main. Entre l'Amphidice – salle de spectacle rattachée à l'université Stendhal où se produisent notamment les ateliers théâtre, danse, chant de l'université –, qui organise 55 événements chaque année, les cinémas et autres salles de spectacles en centre-ville, "les occasions de sorties culturelles ne manquent pas", souligne Cécile, en M2 industrie de la langue.

"Le fait que Stendhal soit une université d'art participe largement à cette vie culturelle riche et accessible à toutes les bourses. Les spectacles à l'Amphidice sont gratuits ! insiste Katia Bacher, vice-présidente étudiante de l'université. Le public vient d'ailleurs nombreux applaudir le travail des étudiants des différents ateliers."

 
L'EVE : the place to be

 

La vie étudiante grenobloise ne serait pas ce qu'elle est sans l'EVE (Espace vie étudiante). Cet espace interuniversitaire est le cœur névralgique de la vie étudiante. "Il y a du monde tout le temps : la journée dans les cafés qu'il abrite et le soir dans la salle de spectacle", s'enthousiasme Jennyfer. Autre particularité de cet espace : il fait office de pépinière d'associations étudiantes. "Autant dire que c'est un lieu hyper-stimulant pour ceux qui veulent agir ou se distraire", explique doctement Katia.

 
Échirolles et Valence, à l'écart

 

Pour profiter de cette effervescence, mieux vaut être sur le site de Saint-Martin-d'Hères. À Valence ou à Échirolles, le programme est nettement moins trépidant :"Ici, nous sommes à l'écart des associations, des soirées, de la vie étudiante", déplore Côme. Même son de cloche du côté de Claire, logée comme 750 autres étudiants en résidence universitaire également à Échirolles : "Il y a une seule cafétéria qui ne vend que des sandwichs froids..."
 

Université Stendhal-Katia Bacher, Vice-présidente étudiante

Katia Bacher, vice-présidente étudiante

Des logements étudiants vétustes
  

Une ombre au tableau : les logements étudiants. Si les résidences universitaires sont plutôt plus nombreuses qu'ailleurs (à Grenoble, 10 % des étudiants sont logés dans les résidences universitaires du CROUS, contre 7 % en moyenne au niveau national), nombreux sont les étudiants interrogés qui en déplorent la vétusté. À commencer par Katia : "Quelques logements ont été rénovés, mais il y a encore beaucoup trop de chambres de 9m2 avec les sanitaires sur le palier. Sans parler des appartements avec des moisissures au mur et du papier-peint qui se décolle."

Autre réserve : l'engagement étudiant. Alors que les associations sont nombreuses – on en dénombre une centaine au niveau interuniversitaire – "les étudiants peinent à s'en emparer", déplore la vice-présidente de la vie étudiante. Trop occupés à profiter du foisonnement d'activité du campus grenoblois ?

Sommaire du dossier
Université Stendhal-Grenoble 3 : des littéraires opérationnels pour l'emploi