1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Universités : en reconstruction

Universités : en reconstruction

Envoyer cet article à un ami

Autonomie, fusion des universités, rénovation de campus… le paysage de l’enseignement supérieur français est en pleine recomposition. Décryptage des principales réformes.

"Jamais l’enseignement supérieur n’a été autant inscrit à l’agenda politique national ou européen", reconnaît Christine Musselin, directrice du CSO (Centre de sociologie des organisations) à Paris et spécialiste du sujet. Méthode commune à tous ces chantiers : émulation et mise en concurrence. "À chaque fois, que ce soit pour le Plan Campus ou pour celui sur la réussite en licence, le gouvernement organise de grandes compétitions pour déterminer quels seront les meilleurs projets universitaires", poursuit Christine Musselin. Des chantiers multiples et concomitants qui provoquent inquiétudes et soubresauts dans le milieu universitaire.

Vers un classement mondial des universités établi par l’Europe
Il devrait normalement voir le jour en 2011… si tout se passe bien ! L’idée d’un classement mondial des universités proposé par la France a été reprise par la Commission européenne qui vient de lancer un appel d’offre d’un montant d’un million d’euros. De quoi s’agit-il ? D’abord d’une réponse au "classement de Shanghai" qui a souligné les mauvaises places des facs européennes face à leurs homologues américaines. "Nous avons pris conscience que l’on ne pouvait se contenter de nos classements tacites, réservés aux initiés", décrypte Jacques Gelas, délégué aux affaires internationales de la CDEFI (Conférences des directeurs d’écoles françaises d’ingénieurs).

"Autre intérêt de “Shanghai” : il nous oblige à faire preuve d’innovation." Ainsi, dans son appel d’offre publié en décembre dernier, la Commission européenne stipule que ce nouveau classement mondial "sera axé sur différents domaines d’étude et aidera les établissements à mieux se positionner et à améliorer leur stratégie de développement, ainsi que la qualité et les prestations offertes." Cible privilégiée : les étudiants, pour les aider à faire leur choix d’établissement avec "des informations accessibles, transparentes et comparables".

Mathieu Oui
Sommaire du dossier
Des universités plus autonomes Une tendance au regroupement des universités Malaise chez les enseignants-chercheurs