1. Yolande, en L1 de chimie à Nice : "L’université m’a permis de devenir autonome"
Portrait

Yolande, en L1 de chimie à Nice : "L’université m’a permis de devenir autonome"

Envoyer cet article à un ami
Yolande fait l’aller-retour tous les jours entre Monaco et la fac de Nice. // © Laurent Carré pour l'Etudiant
Yolande fait l’aller-retour tous les jours entre Monaco et la fac de Nice. // © Laurent Carré pour l'Etudiant

Dans le cadre de son enquête sur la fac, l'Etudiant a rencontré Yolande. La jeune femme, en licence 1 de chimie à l’université Nice-Sophia-Antipolis, apprécie énormément son cursus universitaire qui l'a fait mûrir. Portrait.

Après un bac S obtenu à Monaco, Yolande, 18 ans, bonne élève, n’a pas de projet précis, mais elle sait qu’elle n’a pas envie de faire une prépa, "trop scolaire". Yolande aime les arts et est une touche-à-tout : "Je fais de la peinture, du théâtre, du crochet, du dessin…" Elle s’inquiète toutefois de l’insertion sur le marché du travail.

Lire aussi : Pourquoi ils ont choisi la fac

Naît alors l’idée de mêler plusieurs disciplines : les arts et la chimie dans le but de travailler un jour la gemmologie dans la joaillerie. Yolande, qui veut rester près de ses parents, s’intéresse au cursus de chimie à l’université de Nice, à une heure de train.

Une future chercheuse ?

Après un semestre, Yolande est satisfaite de son choix : "La chimie touche tellement de domaines." Une révélation qu’elle doit notamment au corps enseignant. "Je ne savais pas que nos enseignants étaient également chercheurs."

Une découverte qui fait germer l’idée d’une carrière dans la recherche.

Pour Yolande qui fait l’aller-retour tous les jours entre Monaco et Nice, la fac est également synonyme de maturité : "L’université m’a permis de faire un grand pas en avant, de prise d’autonomie et de confiance en moi."