1. Études en industrie : misez sur les écoles d’ingénieurs publiques
Boîte à outils

Études en industrie : misez sur les écoles d’ingénieurs publiques

Envoyer cet article à un ami

Les filières les plus rentables sont celles qui vous permettent de suivre vos études sans payer de frais de scolarité (ou très peu), tout en vous assurant un poste avec un revenu confortable à la sortie.

L’industrie française continue d’embaucher des jeunes à des salaires attractifs. Pour intégrer ces filières, que ce soit dans l’aéronautique, l’énergie, les transports, le secteur pharmaceutique ou la construction, vous trouverez le meilleur rapport qualité-prix de la formation dans les écoles d’ingénieurs publiques.
Certaines écoles recrutent directement après le bac : les INSA (instituts nationaux des sciences appliquées), les universités de technologie, les ENI (écoles nationales d’ingénieurs), les Polytech’. D’autres sélectionnent leurs élèves à bac + 2, en DUT, licence, classe préparatoire.


Frais de scolarité : 600 € par an

 
La plupart de ces écoles réclament des frais de scolarité d’environ 600 € par an. À la sortie, aucun problème d’emploi (lire le témoignage de Guilhem) et des salaires très attractifs, compris entre 32.000 € et 37.000 € par an, selon la dernière enquête d’insertion de la Conférence des grandes écoles (2011).

GUILHEM, 25 ans, diplômé en 2011 de l’INSA (Institut national des sciences appliquées) de Toulouse (31), ingénieur biologiste


Son revenu net : 2.500 € par mois. 
Durée totale de ses études : 7 ans, dont 2 redoublements. 
Coût de la formation à l'INSA : 2.920 € pour 5 ans d’études.

“Après mon bac S, j’ai choisi d’intégrer l’INSA de Toulouse parce que j’étais intéressé par sa spécialisation en génie biologique. Et puis, je n’étais pas attiré par l’université. 
J’ai fait ma scolarité en 7 ans au lieu de 5, car je travaillais beaucoup à côté de mes études : le week-end, j’étais éducateur dans une maison pour enfants. Je n’ai quasiment jamais pris de vacances, mais cela m’a permis d’être indépendant financièrement. Et j’ai quand même réussi à partir 2 semestres en Espagne avec Erasmus !
À ma sortie de l’école, en juin 2011, j’ai été embauché en CDD [contrat à durée déterminée] dans une société pharmaceutique. Je n’ai même pas eu le temps de terminer mon contrat, car on m’a proposé un CDI [contrat à durée indéterminée] dans une entreprise de génie biologique, qui vend des kits pour réaliser des analyses. J’ai même une voiture de fonction !” 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Études en droit, justice : de nombreux débouchés Études de gestion : les IAE moins chers que les écoles de commerce Études en industrie : misez sur les écoles d’ingénieurs publiques Études en informatique : des formations à tous les niveaux Études de santé : des spécialités porteuses