1. Léa, en deuxième année à l’IEP d’Aix-en-Provence : “L’épreuve de langue est déterminante”
Témoignage

Léa, en deuxième année à l’IEP d’Aix-en-Provence : “L’épreuve de langue est déterminante”

Envoyer cet article à un ami
"Au cours de la première année, on est très accompagnés”, juge après coup Léa. // © LM
"Au cours de la première année, on est très accompagnés”, juge après coup Léa. // © LM

Entrée à l'IEP d'Aix l'année de son bac, quels conseils Léa donnerait-elle à ceux qui voudraient suivre ses traces ? Quelles impressions lui fait sa formation ? Secrets d'admis.

Comment elle est entrée à Sciences po

"J'ai passé et réussi le concours lors de ma terminale ES, en le préparant avec Tremplin IEP. Même si le taux de réussite au concours fait peur, il faut se dire qu'on peut y arriver. Il est très important de suivre l'actualité et de travailler l'épreuve de langue, déterminante pour départager les candidats."

Comment elle choisi son IEP

"J'habitais à Marseille [13], mon choix s'est porté sur Aix [13]. Les spécialités de master à Aix m'intéressent beaucoup, surtout celui des relations internationales. Cet IEP est aussi réputé pour son master services publics et ses résultats au concours d'entrée à l'École nationale de la magistrature."

Ce qu'elle pense de Sciences po aujourd'hui

"Sciences po me permet d'étudier plein de matières qui me plaisent, tout en me laissant le temps de choisir ma voie. Au cours de la première année, on est très accompagnés. Au fur et à mesure, on devient plus autonomes. J'appartiens à l'association Aix ONU, qui permet de s'initier à la diplomatie en simulant des négociations. J'aimerais travailler à l'étranger, dans un organisme intergouvernemental ou non gouvernemental plutôt qu'en entreprise."

Retour au sommaire

"Comment ils ont réussi Sciences po : les secrets de 10 admis"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Léa, en deuxième année à l’IEP d’Aix-en-Provence : “L’épreuve de langue est déterminante” Nathan, en première année à l’IEP Bordeaux : “Faire une prépa HEC m'a été utile” Thaïs, en première année à l'IEP Grenoble : “En plus de ma prépa, j'ai fait Tremplin IEP” Mathilde, en deuxième année de l'IEP Lille : “C'est important de connaître la nature des épreuves” Thibaut, en première année à l'IEP Saint-Germain-en-Laye : “Suivre l'actualité depuis plusieurs années m'a aidé pour l'histoire” Apolline, en troisième année de l'IEP Lyon : “Il ne faut pas bachoter mais acquérir la méthode” Vincent, en troisième année de l'IEP Rennes : “Être le plus curieux possible” Séverin, en troisième année à l'IEP de Strasbourg : “Pour le concours, je m'y suis mis à fond” Raphaël, en troisième année à l’IEP Toulouse : "Il vaut mieux tenter plusieurs concours" Coline, en première année à Sciences po Paris : “Mon travail régulier en terminale L m'a dispensée des épreuves écrites à Paris !”