1. Séverin, en troisième année à l'IEP de Strasbourg : “Pour le concours, je m'y suis mis à fond”
Témoignage

Séverin, en troisième année à l'IEP de Strasbourg : “Pour le concours, je m'y suis mis à fond”

Envoyer cet article à un ami
Séverin, 20 ans, en 3e année de l'IEP Strasbourg. // © SS
Séverin, 20 ans, en 3e année de l'IEP Strasbourg. // © SS

Entré à l'IEP de Strasbourg entre autres grâce à la prépa en ligne Tremplin IEP, quels conseils Séverin, 20 ans, donnerait-il à ceux qui voudraient suivre ses traces ? Quelles impressions lui fait sa formation ? Secrets d'admis.

Comment il est entré à Sciences po

"Ce concours était un défi personnel. Quand je me suis décidé, je m'y suis mis à fond. J'ai suivi la prépa au concours en ligne Tremplin IEP, car il n'y avait pas d'organisme près de chez moi, et le coût de Tremplin était plutôt raisonnable. De plus, c'est la prépa officielle pour le concours commun des IEP : au moins, les professeurs sont bien renseignés sur le contenu des épreuves. Aujourd'hui, je continue de m'investir auprès de Tremplin IEP comme président de l'Association des tremplinistes."

Comment il a choisi son IEP

"J'ai fait mon choix d'abord sur des critères géographiques, car je suis originaire de Belfort [90]. Strasbourg [67] bénéficie aussi d'une grande notoriété sur les thèmes de l'Europe, des relations internationales et pour sa filière éco-finances."

Ce qu'il pense de Sciences po aujourd'hui

"Tous les cours ne m'ont pas plu, mais on en retient toujours quelque chose. C'est la force de Sciences po : supprimer les barrières entre les différents domaines d'études pour donner une vision globale du monde. Je suis actuellement en année de mobilité, à l'université de Lund, en Suède. Je profite de cette année pour découvrir une nouvelle culture. En master, je pense me diriger vers l'administration publique. Le plus important ? Se laisser un maximum de portes ouvertes en attendant l'heure du choix définitif."

Retour au sommaire

"Comment ils ont réussi Sciences po : les secrets de 10 admis"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Léa, en deuxième année à l’IEP d’Aix-en-Provence : “L’épreuve de langue est déterminante” Nathan, en première année à l’IEP Bordeaux : “Faire une prépa HEC m'a été utile” Thaïs, en première année à l'IEP Grenoble : “En plus de ma prépa, j'ai fait Tremplin IEP” Mathilde, en deuxième année de l'IEP Lille : “C'est important de connaître la nature des épreuves” Thibaut, en première année à l'IEP Saint-Germain-en-Laye : “Suivre l'actualité depuis plusieurs années m'a aidé pour l'histoire” Apolline, en troisième année de l'IEP Lyon : “Il ne faut pas bachoter mais acquérir la méthode” Vincent, en troisième année de l'IEP Rennes : “Être le plus curieux possible” Séverin, en troisième année à l'IEP de Strasbourg : “Pour le concours, je m'y suis mis à fond” Raphaël, en troisième année à l’IEP Toulouse : "Il vaut mieux tenter plusieurs concours" Coline, en première année à Sciences po Paris : “Mon travail régulier en terminale L m'a dispensée des épreuves écrites à Paris !”