1. Sciences po : le come-back du FN en 3 questions

Sciences po : le come-back du FN en 3 questions

Envoyer cet article à un ami
Le FN a franchit les portes de Sciences po. // © Jessica Gourdon
Le FN a franchit les portes de Sciences po. // © Jessica Gourdon

Le Front national a obtenu, jeudi 1er octobre 2015, un nombre de voix d'étudiants de Sciences po suffisant pour faire partie des associations reconnues par l'établissement. Explications.

Le Front national (re)fait son entrée à Sciences po. L'IEP (institut d'études politiques) a organisé une consultation des étudiants qui vise à désigner les associations reconnues par l'école. Selon les premiers résultats diffusés jeudi 1er octobre 2015, le Front national a d'ores et déjà obtenu 120 voix et décroche donc le statut d'association reconnue. Un vote aussitôt salué sur Twitter par la présidente du parti, Marine Le Pen.

#1. Comment se déroule le vote ?

Durant cette consultation, organisée du 1er au 5 octobre, les 13.000 étudiants de Sciences po sont amenés à désigner les associations reconnues par l'école, parmi une centaine de candidates. Celles-ci se tiennent à disposition des élèves, dans la "péniche" (le hall), pour expliquer leurs projets. Chaque étudiant dispose de 2 voix. 120 voix au minimum sont requises pour que l'association soit "reconnue" par l'IEP. Les votes sont ensuite validés par une commission paritaire.

#2. Le FN à Sciences po, qu'est-ce que cela change ?

Cette reconnaissance d'une association FN par l'école en charge de la formation des élites françaises a une forte portée symbolique, sous deux aspects. D'une part, cela tend à illustrer la politique de normalisation du parti initiée par Marine Le Pen. D'autre part, cette reconnaissance est un début de réponse au problème de déficit de formation des cadres et élus du parti. Mettre un pied dans l'antichambre du pouvoir à la française est ainsi une façon de constituer un vivier de cadres bien formés et en capacité de prendre des responsabilités.

Plus concrètement, cette reconnaissance permet à cette association de disposer de locaux dans l'enceinte de l'école, d'avoir le droit d'y organiser des événements et de recevoir un financement sur projet.

#3. Est-ce une première ?

Non. Une association FN était déjà représentée à l'institut dans les années 90, selon le directeur de l'école Frédéric Mion. Celui-ci a réagi le 27 septembre 2015, lors de la publication de la liste des associations candidates, dans une interview à Sciences po TV.

Rappelant le "lieu de débat" qu'incarne Sciences po, le directeur de l'établissement a estimé que l'institut avait "vocation à laisser s'exprimer les différentes familles de pensée que l'opinion peut comporter". Et de prévenir : "Si des manifestations devaient troubler la sécurité de notre établissement, à ce moment-là, bien sûr, il [faudrait prendre] des mesures. Nous serons très vigilants sur la manière dont cela se passe".

De son côté, l'Unef (Union nationale des étudiants de France) estime que l'octroi du statut d'association reconnue au Front national témoigne "d'une dangereuse normalisation du discours haineux porté par ses représentants" et "demande à l'administration d'être particulièrement vigilante vis-à-vis des propos discriminatoires dont le Front national est coutumier".