1. Antonin, Erasmus en Autriche : "Je me sentais comme un étudiant autrichien"
Témoignage

Antonin, Erasmus en Autriche : "Je me sentais comme un étudiant autrichien"

Envoyer cet article à un ami
Antonin a pu bénéficier à deux reprises d'une bourse Erasmus. // © Ariane Pinel pour l'Etudiant
Antonin a pu bénéficier à deux reprises d'une bourse Erasmus. // © Ariane Pinel pour l'Etudiant

Antonin a eu la chance de partir deux fois en Erasmus : une première fois en Autriche alors qu'il est étudiant en licence à Science po Bordeaux ; une seconde fois pendant son master, en stage en Belgique. Ainsi, il a trouvé sa voie professionnelle.

Antonin est d'abord parti en séjour Erasmus+ à Vienne (Autriche), pendant sa deuxième année de licence à Sciences po Bordeaux (33), en 2014. "J'ai adoré ! Je me sentais comme un étudiant autrichien. J'étais assez peu avec d'autres Erasmus. Je ne voulais pas faire la fête tous les jours."

Lire aussi : Sciences po : les IEP au banc d'essai

Un stage dans le bien-être animal

Revenu en France, Antonin poursuit ses études, intègre un master 2 politique européenne à Science po Strasbourg (67). Il doit alors trouver un stage. Il cherche sur le Web, trouve une ONG environnementale à Bruxelles (Belgique) que plusieurs anciens étudiants du master lui recommandent, passe l'entretien à distance et obtient le stage. C'est à ce moment-là, à un mois du départ, qu'il apprend qu'il peut bénéficier une deuxième fois d'une bourse Erasmus+, pour un stage en entreprise. "Contrairement à la bourse étudiante que j'avais eue à Vienne, celle-ci n'était pas calculée en fonction du salaire de mes parents." Le montant de sa bourse Erasmus+ s'élève à 1.500 € pour cinq mois. "Cela ne couvrait qu'une partie de mes besoins : l'ONG me donnait l'équivalent de 10 € par jour. Heureusement que mes parents m'ont aidé !". Sa mission : assister le responsable de la politique de biodiversité. "Cela consistait à faire du lobbying auprès des instances européennes. Dès le début, ils me disaient qu'il n'y aurait pas d'embauche.

Lire aussi : Erasmus+ : 1001 façons de partir

Pendant mon stage, j'ai rencontré une personne qui travaillait dans une autre ONG, "Compassion in World Farming", spécialisée dans le bien-être animal. Elle m'a parlé d'un stage..." Antonin est pris et il enchaîne ce stage au mois de juillet. "En plus, c'est un contrat temporaire rémunéré ! À la fin de mon contrat, en mars 2017, j'espère pouvoir travailler dans le secteur du bien-être animal. Dans les ONG, c'est compliqué d'avoir un job. Alors, celui-ci j'y tiens !"