1. « C’est une ouverture sans égal sur les pratiques de travail de nos collègues européens » Alexandre, 30 ans, est parti en Espagne.
Partenariat

« C’est une ouverture sans égal sur les pratiques de travail de nos collègues européens » Alexandre, 30 ans, est parti en Espagne.

Envoyer cet article à un ami
Partir en erasmus // © Erasmus+
Partir en erasmus // © Erasmus+

EN PARTENARIAT AVEC L'AGENCE ERASMUS +. Alexandre Le Maillot est en charge du développement des formations internationales, à l’Université de Nantes. En 2017, il a bénéficié d’un crédit Erasmus + pour partir une semaine au Pays Basque espagnol en formation.

En quoi consiste votre poste à l’Université de Nantes ?

L’intitulé exact est "directeur adjoint en charge de l'internationalisation des formations et de la valorisation de l'international". Un titre un peu long pour dire que je suis chargé de développer les doubles diplômes, les formations délocalisées, etc. J’ai aussi la responsabilité du pôle de la mobilité sortante, qui apporte un soutien financier aux étudiants qui partent à l’étranger.

Vous-même, êtes-vous parti à l’étranger pendant vos études ?

Je suis d’abord parti en Erasmus lorsque j’étais en Licence de langues étrangères appliquées. C’était un séjour de 6 mois au Portugal. Puis, lors de mon Master en gestion de projet européen, je suis reparti grâce à Erasmus, 6 mois en Turquie. Il faut savoir que la Turquie est un des pays hors Union européenne partenaires des échanges Erasmus.

Lire la suite sur le site de l'Agence Erasmus +