1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Comment trouver un stage aux États-Unis
  4. 4 conseils pour décrocher un stage aux États-Unis
Coaching

4 conseils pour décrocher un stage aux États-Unis

Envoyer cet article à un ami

Pour partir en stage aux États-Unis, mieux vaut s’y prendre à l’avance : la concurrence est rude et les démarches pour obtenir un visa se révèlent longues et coûteuses. Nos conseils pour vous rapprocher de votre rêve américain.

La manière la plus efficace de trouver un stage aux États-Unis ? Utiliser son réseau ! Pour Clémence, étudiante à l'EFAP de Lille (59), c'est l'annuaire des anciens de son école qui a été le déclencheur. “J'ai contacté une diplômée qui travaillait dans une agence de communication outre-Atlantique. Elle n'avait rien à me proposer, mais m'a aiguillée vers une amie à elle. C'est comme cela que j'ai obtenu un stage à l'Association des Français de New York : je rédige leur guide et j'organise des événements.”

Trouver via son établissement


De son côté, Raphaëlle, étudiante à l'IEP (institut d'études politiques) d'Aix-en-Provence (13), s'est appuyée sur le répertoire des stages effectués par les étudiants de son établissement.“J'ai vu qu'une étudiante l'année au-dessus de la mienne était partie en stage à l'ONU (Organisation des Nations unies), à New York. Elle m'a donné les coordonnées de son chef, et, après un test de rédaction en anglais, j'ai eu une réponse positive !”
Pour Amélie, en stage dans une société de production de cinéma, ce sont ses relations à Paris qui ont été moteurs. “J'ai demandé à mes anciens responsables de stage de me donner quelques contacts aux USA. J'ai contacté ces personnes de leur part, et j'ai eu des entretiens par Skype.”

Viser les entreprises françaises


Tout en exploitant ces filons,
vous pouvez parallèlement envoyer des candidatures spontanées. “La plupart des stages se trouvent de cette façon”, assure Joannah Bell, de la Chambre de commerce franco-américaine de New York.

Votre atout est de parler français : vous avez tout intérêt à cibler les entreprises hexagonales. “C'est chez elles que cela marche le mieux. Les entreprises françaises liées au luxe, à la gastronomie, à la mode sont très présentes aux États-Unis, observe Céline Clément, directrice de l'agence America Welcome, qui aide des étudiants à obtenir un visa. Autre piste : beaucoup d'étudiants trouvent dans des boulangeries ou des cafés français.”

Vous pouvez aussi consulter les sites Web des entreprises : la plupart disposent d'une section “jobs”, avec des contacts et des types de postes à pourvoir. À New York, la mairie édite sur son site la liste des entreprises françaises sur place.
 

Visiter les sites d'annonces américains


Dans vos recherches, ayez à l'esprit la géographie des États-Unis. “Les grandes entreprises liées à la finance, la publicité, la mode, le luxe sont New York. Le secteur aérospatial est puissant au Texas et en Virginie. Pour le high-tech, visez San Francisco”, illustre Joannah Bell.En outre, le Web américain fourmille de sites de recrutement. L'agence Parenthèse en a réalisé une synthèse, par secteurs et régions. Certains sites sont spécialisés dans les stages, comme Internmatch.com et Internships.com.

Dans tous les cas, n'hésitez pas à relancer une semaine plus tard, en mentionnant votre courrier précédent. “Ne vous attendez pas à avoir une réponse avant deux ou trois mails de relance”, prévient l'agence Parenthèse. Pour démontrer votre motivation, vous pouvez proposer un entretien téléphonique sur Skype.
 

Cibler des organismes qui trouvent un stage à votre place


Chez My Intership Abroad, ce service est facturé entre 1.200 et 2.000 €, pour un stage rémunéré de six mois. Calvin Thomas propose également ce type d'offres, avec un logement en famille d'accueil. Toutefois, ces “packs” comportent un risque : celui de devoir accepter un stage qui ne vous plaît pas. N'est-on pas mieux servi par soi-même ?Certains organismes, moyennant finance, peuvent aussi trouver un stage à votre place. “Une bonne formule pour ceux qui sont pressés, ou qui sont effrayés par l'idée de démarcher eux-mêmes des entreprises en anglais”, commente Céline Clément.
 


Pas d'âge ni de photo sur le CV
Sur votre CV en anglais (voir à ce propos des exemples dans notre dossier “Réussir son CV en anglais pour obtenir un stage ou un job”), vous ne devez mettre ni votre âge, ni votre photo. Les employeurs veulent ainsi se prémunir contre des accusations de discrimination.
De plus, valorisez vos expériences extrascolaires et bénévoles : elles sont très importantes pour les Américains. Chaque CV doit être accompagné d'une lettre de motivation dans le corps du mail – une vingtaine de lignes, pas plus.

 

Pour aller plus loin : Comment trouver du travail en Angleterre et aux États-Unis / Améliorer son CV en anglais : modèles commentés avant / après / CV en anglais : mode d'emploi / Jeunes diplômés : comment décrocher son premier emploi à l'étranger / Commencer à travailler à l’étranger : la bonne stratégie ? / Insertion professionnelle des ingénieurs : comment débuter sa carrière à l'étranger

Sommaire du dossier
Retour au dossier 4 conseils pour décrocher un stage aux États-Unis Stage aux États-Unis : obtenir le visa J1