1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Entrez dans la Cité internationale universitaire

Entrez dans la Cité internationale universitaire

Envoyer cet article à un ami

La Cité internationale universitaire de Paris accueille chaque année 10.000 résidents du monde entier. Fondée dans les années 20, elle regroupe aujourd’hui une quarantaine de maisons dont l’histoire rejoint l’Histoire. Voyage dans le temps.

C’est un coin de verdure où se côtoient des étudiants du monde entier. Une terre où les États-Unis jouxtent la Belgique, la Suède fait face au Japon. Un parc de 34 hectares ouvert toute l’année au public, mais le public ne le sait pas toujours. C’est la Cité internationale universitaire de Paris. Soit trente-sept maisons implantées boulevard Jourdan, dans le sud de la capitale (+ deux sites délocalisés dans le 19e arrondissement), qui accueillent chaque année 10.000 résidents de plus de 130 nationalités différentes. Les habitants sont des étudiants de niveau master et doctorat mais aussi des chercheurs, des sportifs de haut niveau et des artistes.

Sélection drastique

Pour obtenir un logement, il faut s’y prendre au mois d’avril pour la rentrée suivante*. Les heureux élus – de 1/3 à 1/7 des candidats selon les maisons – sont admis selon des critères académiques (niveau et cohérence du parcours). Si, votre établissement supérieur a noué un partenariat avec la cité, vos chances sont accrues. Ainsi, Otto, étudiant en histoire à Stanford, en Californie, n’a pas rencontré trop de difficultés... "La fondation des États-Unis réserve des places aux élèves de mon université. J’ai donc été "placé" le temps de faire mes recherches pour ma thèse sur Michel Foucault", explique ce jeune New-yorkais de 21 ans. "Ici, c’est sympa, il y a beaucoup de jeunes. Quand on arrive, on ne connaît personne. Cela pousse à aller vers les autres. Dans ma maison, plus de la moitié des habitants sont américains. Mais je me suis fait des amis d’autres nationalités, notamment des Français et une Iranienne…", commente-t-il.



En été, il n’est pas rare de rencontrer également des étudiants venus apprendre notre langue en summer session, comme Taylor, Jennifer et Danika, trois jeunes Canadiennes originaires d’Ontario.

Melting-pot

A la cité internationale, être Parisien n’offre pas de privilège particulier pour l’obtention d’une chambre. Les Français représentent 20 % des résidents. Mais ce sont en majorité des étudiants des DOM-TOM, pénalisés – à cause de l’éloignement géographique – pour trouver un logement. En 2007, on comptait environ 30 % d’Européens (hors France), 14 % d’Africains, 15 % d’Américains, 18 % d’Asiatiques et moins de 1 % de ressortissants d’Océanie. "Ces proportions et leur évolution reflètent celles du nombre global des étudiants qui viennent en France. Nous ne faisons aucune différence entre les nationalités, les disciplines, les religions, etc. Nous voulons créer des échanges. Ainsi, nous respectons toujours l’utopie des fondateurs", explique Charline Corbel, une responsable de la cité et notre guide l’espace d’une journée. Une utopie d’après-guerre qui faisait du lieu un laboratoire pour une société en quête de paix.


*Il est également possible de résider à la cité le temps d’un semestre et donc de s’installer en janvier-février. Dans tous les cas, il faut déposer un dossier sur Internet.


Découvrez notre dossier "Venir étudier en France" dans la rubrique International.

Virginie Bertereau
Sommaire du dossier
La Cité universitaire, une vieille dame toujours jolie La Cité universitaire, lieu d’accueil