1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Coronavirus : un "retour rapide en France" conseillé pour les étudiants à l’étranger
En bref

Coronavirus : un "retour rapide en France" conseillé pour les étudiants à l’étranger

Envoyer cet article à un ami
Les autorités françaises recommandent aux voyageurs de "prendre les mesures nécessaires pour leur retour tant que les lignes commerciales restent ouvertes". // © Adobe Stock/Lubo
Les autorités françaises recommandent aux voyageurs de "prendre les mesures nécessaires pour leur retour tant que les lignes commerciales restent ouvertes". // © Adobe Stock/Lubo

Depuis le 17 mars, en raison de l’épidémie de coronavirus, toutes les mobilités entrantes et sortantes sont annulées. Et ce, quelle que soit la destination. Le ministère des Affaires étrangères appelle également les étudiants français actuellement à l’étranger à organiser leur rapatriement en France le plus vite possible.

Pour endiguer l’épidémie de coronavirus, depuis le 17 mars, les frontières extérieures de l’espace Schengen sont officiellement fermées pendant 30 jours. Les contrôles avec les pays frontaliers de la France sont également intensifiés. Les séjours à l’étranger, pour les études ou les stages, sont donc reportés jusqu’à nouvel ordre.

Malgré les restrictions, il reste tout de même quelques exceptions. Sur le site du gouvernement, le message est clair : "Il est conseillé aux personnes actuellement en déplacement à l’étranger (…) de prendre toutes les mesures nécessaires pour un retour en France par voie aérienne dès que possible." Les étudiants expatriés font donc partie des premiers concernés. Voici ce qu’il faut savoir pour préparer votre départ en urgence.

Lire aussi : Etudier dans une zone à risque : ce qu'il faut savoir

Organisez votre retour en France le plus tôt possible

Quel que soit le pays où vous vous trouvez, qu’il s’agisse ou non d’une zone à risque, l’idéal est de rentrer dans votre pays de résidence. En Italie, en Chine ou en Allemagne par exemple, les autorités rappellent qu’en tant que Français, il est toujours possible de retourner dans votre pays d’origine. Pour en savoir plus, il suffit de suivre les recommandations du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sur le site France Diplomatie, rubrique Conseils aux voyageurs.

Mais n’attendez pas le dernier moment. Le ministère rappelle que "dans la mesure où de plus en plus de pays prennent avec un préavis souvent très court des mesures d’interruption des liaisons aériennes vers la France, nous conseillons à nouveau [aux voyageurs], quand ils le peuvent, de prendre les mesures nécessaires pour leur retour rapide en France tant que les lignes commerciales restent ouvertes".

Lire aussi : Covid-19 : Comment les établissements du supérieur gèrent leurs étudiants à l'étranger

Les étudiants étrangers en France

Vous êtes également invité à retourner dans votre pays d'origine. Pas d'inquiétude si votre titre de séjour arrive à expiration, le gouvernement français veillera à le prolonger. Renseignez-vous auprès de votre consulat pour toutes informations supplémentaires.

Etablissement, consulat, compagnie d’assurance… Ceux qui peuvent vous aider

Si vous ne savez pas vers qui vous tourner pour organiser votre rapatriement, commencez par contacter votre établissement. Il vous donnera toutes les informations nécessaires pour préparer votre retour dans les meilleures conditions possibles. Mettez-vous également en relation avec le consulat : l’ambassade répertorie tous les voyageurs à l’étranger et pourra organiser des départs groupés vers la France.

Etant donné qu’il s’agit d’un rapatriement, renseignez-vous auprès de votre organisme d’assurance et de votre banque. En fonction de votre situation, vous serez peut-être indemnisé sur votre vol retour. Enfin, pour toutes questions autres que celles médicales, référez-vous au numéro vert : 0 800 130 000. Il fonctionne sept jours sur sept et 24 heures sur 24.

Les étudiants qui devaient partir à l’étranger

Toutes les mobilités sortantes doivent être reportées. Si vous avez déjà pris vos billets d’avion, contactez votre compagnie aérienne et/ou votre assurance pour annuler votre voyage et vous faire rembourser.

Prise en charge des étudiants en Erasmus+

Pour les étudiants partis à l’étranger via le programme Erasmus+, le ministère de l’Enseignement supérieur a d’ores et déjà donné quelques consignes aux établissements en matière de rapatriement. Vos frais (billets de train ou d’avion par exemple) seront pris en charge par votre école (en attendant de se faire eux-mêmes rembourser par le programme Erasmus+).

Concernant votre bourse de mobilité, elle continuera à être versée tant que vous serez à l’étranger. Rassurez-vous, même si cette période de stage ou d’étude à l’étranger était obligatoire pour valider votre diplôme, vous ne serez pas pénalisé si vous décidez de rentrer plus tôt que prévu.

Pour toutes questions supplémentaires, vous pouvez vous fier au site Génération Erasmus+ qui met à jour quotidiennement les informations vous concernant.

Lire aussi : Établissements et universités fermés à cause du coronavirus : qu’en pensent les étudiants ?

Restez prudent lors de votre retour en France

À votre retour, la vigilance reste de mise, notamment si vous étiez dans une zone à risque telle que la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne, la Suède ou la Suisse (liste mise à jour quotidiennement). Respectez les mesures de confinement préconisées par le gouvernement, adoptez les gestes barrières et prenez votre température deux fois par jour. En cas de symptômes, appelez votre médecin traitant.

A savoir : le ministère de l'Enseignement supérieur précise que si vous avez des difficultés à rejoindre votre domicile familial à votre retour en France, les CROUS mettront une chambre à votre disposition au sein de leurs résidences universitaires.

Lire aussi : Coronavirus : les étudiants "acteurs éminents de la santé publique" vont au combat