1. Progresser en langues en Espagne

Progresser en langues en Espagne

Envoyer cet article à un ami

Attirés par la qualité de la vie et des formations, les jeunes Européens débarquent par milliers dans la capitale catalane, pour vivre leur « Auberge espagnole ».

universitat autonoma barceloneBon nombre d’écoles et d’universités, à l’instar de l’ESADE (Escuela Superior de Administración y Dirección de Empresas), ne sont pas situées au centre de Barcelone. Pour rejoindre le campus de l’Universitat Autonoma de Barcelone par exemple, situé au nord de la ville, il faut prendre un train de banlieue qui serpente au milieu de collines boisées de pins. Au bout d’une demi-heure, nous voici sur une immense zone de verdure arborée et parsemée de bâtiments. "J’apprécie de sortir du centre ville pour venir étudier ici", témoigne Mélanie Nunez, venue de Poitiers pour étudier l’histoire de la Catalogne. "Barcelone peut être une ville un peu étouffante et très agitée. Ce campus offre une atmosphère très paisible et plus propice aux études !". Des étudiants prennent le soleil sur la pelouse. Sur plusieurs bâtiments, des inscriptions en lettres rouges dénoncent le "processus de Bologne" qui prévoit l’harmonisation européenne des diplômes. "Dans cette province, le nationalisme des Catalans est très fort et le sujet est particulièrement sensible sur le campus. Certains revendiquent même l’indépendance totale", explique Mélanie, qui apprécie de se plonger dans cette forte culture. "Mes cours me permettent d’enrichir ma connaissance de l’histoire de la province à travers de multiples petits détails. Ce matin par exemple, il était question de la guerre civile et du fait que la langue catalane a été interdite pendant cette période."

Le Catalan, entre le français et le Castillan


melanie etudier barcelone espagneMélanie n’a pourtant pas choisie la facilité. Seule étudiante Erasmus de son département, cette Poitevine d’origine portugaise suit 70 % de ses cours dans la langue locale (Outre le Castillan, le Basque, le Catalan, le Galicien et l’Aranais ont statut de langue officielle dans le pays) et le reste en anglais. "Le Catalan est un mélange entre le français et le Castillan" explique l’étudiante. "Je le comprends bien maintenant mais j’ai encore du mal à le parler et à l’écrire." Arrivée en septembre pour son année d’échange, l’étudiante a bénéficié de 2 semaines d’apprentissage intensif de la langue (soit 40 heures qui seront validées en ECTS pour sa licence 3 à Poitiers). Pour les étrangers, comme Mélanie, les universités offrent généralement des facilités afin de leur permettre de valider leurs examens. "Mes étudiants étrangers ont le choix parmi 4 langues pour leurs devoirs écrits : catalan, castillan, anglais et français", explique Rosa Nomen I Ribé, enseignante en chimie et responsable des relations internationales pour l’université privée Ramon Llull (réseau de 10 établissements dont fait notamment partie l’ESADE). Parfaitement francophone, cette enseignante est une fervente défenseuse de sa langue natale, qui "constitue une richesse supplémentaire plutôt qu’un obstacle. Et puis, en 2 semaines d’initiation, on peut parfaitement la comprendre."

D’ailleurs, l’université accueille cette année une cinquantaine de Français venus de l’université catholique de Lille, de la fac de droit de Montpellier, de l’Institut polytechnique Lasalle-Beauvais ou encore de l’école d’architecture de Clermont-Ferrand. Reste que, pour nombre d’étudiants venus parfaire leur espagnol, la surprise est au rendez-vous : le Catalan est omniprésent dans la rue, les médias, les musées…. Pour ceux qui veulent avant tout progresser en espagnol, il y a différentes solutions : trouver des colocataires du pays mais non catalans ou s’inscrire à un échange de langue, dispositif proposé par l’Autonoma et dont bénéficie Mélanie.



Barcelone et le coût de la vie
Vivre à Barcelone exige d’avoir un budget conséquent car les loyers restent chers même en colocation ! Julie paie ainsi 390 € par mois. Mélanie, elle, a un loyer de 288 € (également en colocation) auxquels s’ajoutent 53 € de transport mensuel (l’abonnement est de 160 € pour 3 mois) et environ 150 € pour la nourriture et les sorties. Elle perçoit une bourse sur critères sociaux (200 €) et une allocation Erasmus (200 €).


Sommaire du dossier
Retour au dossier Progresser en langues en Espagne