1. Mounia, partie en Turquie : "Depuis Erasmus, je n’ai plus peur de partir seule à l'aventure"
Témoignage

Mounia, partie en Turquie : "Depuis Erasmus, je n’ai plus peur de partir seule à l'aventure"

Envoyer cet article à un ami
Mounia - Erasmus - septembre 2013 // © DR
Mounia - Erasmus - septembre 2013 // © DR

Inscrite en licence information-communication à Metz (57), Mounia, 22 ans, est partie un semestre au début de l’année 2013 à l’université Galatasaray d’Istanbul (Turquie). 

Avant de partir
 

Une destination un peu atypique par rapport aux choix traditionnels des étudiants (Allemagne, Espagne, Royaume-Uni…). "Istanbul est un choix intéressant à cause de sa situation géographique, entre l'Orient et l'Occident", justifie la jeune fille. Autre avantage : l’université de Galatasaray, issue d’un partenariat franco-turc en 1992, propose des cours en français et en anglais, ce qui facilite l’accueil des étrangers ne parlant pas la langue turque.


Ce qu'elle a vécu sur place

"J’ai choisi des enseignements en lien avec mes études, en communication, journalisme, stratégies publicitaires ou management. J’ai aussi suivi un cours d'histoire du cinéma turc, ce qui m’a permis d’en apprendre davantage sur ce cinéma et ses icônes…"

Pour garder le contact avec ses amis restés en France et raconter son expérience, Mounia a utilisé les réseaux sociaux : Twitter et Facebook. "C'était un moyen de faire partager mes découvertes, les particularités de la vie quotidienne, les originalités turques et stanbouliotes, raconte l’étudiante. Par exemple, lors des manifestations du mois de juin, violemment réprimées à Istanbul, j'ai pu diffuser rapidement et efficacement une information que l’on n’a pas pu voir dans les médias. J’ai évoqué l’arrestation d’une étudiante française et les concerts de casseroles des manifestants… Ma formation en info-com a augmenté mon envie de relayer l’info, la réalité quotidienne."


Ce qu'elle envisage à son retour

Au final, ces quelques mois passés en Turquie ont incontestablement changé sa vision des études et de son projet professionnel. "Cela m’a permis de mûrir, d'acquérir plus d’ouverture d’esprit et de curiosité. Je n’ai plus peur de partir seule à l’aventure et j’envisage de plus en plus mon avenir dans un pays étranger."



Dans son budget
Dépenses : 300 € de loyer mensuel en colocation.
80 € de nourriture et 80 € de shopping par mois.
Revenus : 430 € de bourse sur critères sociaux et 400 € de bourse de mobilité par mois.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Mounia, partie en Turquie : "Depuis Erasmus, je n’ai plus peur de partir seule à l'aventure" Camille, partie en Laponie : "Mon blog, pendant Erasmus, a été un moyen d'expliquer à mes amis mon ressenti à l’étranger" Gwenola, partie en Italie : "Erasmus m'a donné envie de travailler dans une entreprise italienne qui fait de l'import-export avec la France" Rémi, parti aux Pays-Bas : "Je suis plus confiant, depuis Erasmus, en ma capacité à m'adapter à une nouvelle situation" Mickaël, parti en Suède : "Revenu de mon séjour Erasmus, je souhaite m'engager dans une mission de service civique"