1. Immatriculation, assurance, test de langue… quelles formalités pour étudier en Italie ?
Décryptage

Immatriculation, assurance, test de langue… quelles formalités pour étudier en Italie ?

Envoyer cet article à un ami
En tant qu'Européen, vous n'avez pas besoin de visa pour étudier en Italie. // © Fotolia
En tant qu'Européen, vous n'avez pas besoin de visa pour étudier en Italie. // © Fotolia

Ce n'est pas parce que l'Italie est proche et qu'elle fait partie de l'Europe que vous éviterez toute formalité ! Assurance santé, test de langue… Tour d’horizon des démarches à anticiper pour arriver serein.

Un parcours du combattant, les formalités administratives pour étudier de l'autre côté des Alpes ? Pas tant que ça, si vous profitez d'un échange Erasmus+. Si vous partez en solo, en revanche, préparez-vous au moins neuf mois à l'avance.

Immatriculation obligatoire

En tant qu'Européen, vous n'avez pas besoin de visa pour étudier en Italie. Seule votre carte d'identité est nécessaire. Vous devez néanmoins obtenir un "codice fiscale", numéro d'identité fiscal gratuit. Il vous sera nécessaire pour effectuer de nombreuses démarches : location d'une chambre, ouverture d'un compte en banque, abonnement aux transports en commun, etc.

Vous pouvez en faire la demande auprès d'un consulat général d'Italie avant votre arrivée. Sinon, rendez-vous dans le bureau de l'Agenzia delle entrate de votre ville de résidence en Italie. Il vous suffira de remplir un formulaire sur place.

Carte européenne d’assurance maladie

Pour que vos frais de santé soient remboursés en Italie, demandez une CEAM (carte européenne d'assurance maladie) à votre caisse d'assurance maladie. Vous pouvez le faire en ligne depuis votre compte Ameli, au plus tard 15 jours avant le départ (si vous avez laissé passer le délai, votre caisse vous délivrera un certificat provisoire de remplacement, valable trois mois).

La carte est gratuite et valable deux ans. Elle vous garantit la prise en charge de vos soins médicaux, et ce dans les mêmes conditions que les Italiens. Attention, certains tarifs peuvent être supérieurs à ceux pratiqués en France : renseignez-vous pour éventuellement compléter votre protection sociale avec une mutuelle santé.

Lire aussi : Coût des études, bourses, jobs… quel budget pour l'Italie ?

Niveau linguistique

Certaines universités demandent aux étudiants étrangers d'attester de leur niveau en italien. Elles requièrent en général le niveau B2 du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues). Pour vous évaluer, vous avez la possibilité de passer deux certificats en France, à l'Institut culturel italien : la CILS (certificazione di italiano come lingua straniera) et le CELI (certificato di conoscenza della lingua italiana). Comptez 120 € pour l'inscription au CELI et entre 50 et 160 € pour la CILS selon le niveau (100 € pour le B2). Notez que certaines universités organisent leur propre test de langue.

Enfin, quand les cours auront commencé, ne comptez pas sur l'indulgence des enseignants : vous serez logé à la même enseigne que vos camarades italiens. Mais patience, les Français trouvent habituellement leurs marques en quelques mois !

Des sites utiles

France Diplomatie regroupe des informations utiles sur les formalités administratives à remplir avant le départ.
Le site du CLEISS vous informe sur la protection sociale à l'international.
Retrouvez des informations sur la CILS et les CELI sur le site de l'Institut italien culturel de Paris.

Etudier en Italie : suivez le guide !

Votre décision est prise : vous allez partir étudier en Italie. Mais comment choisir l'université ? Combien va vous coûter l'inscription ? Où vous loger ? On fait le point sur les étapes à franchir.

Test : Êtes-vous prêt(e) à partir étudier en Italie ?
Comment choisir son université en Italie ?
Coûts des études, bourses, jobs… quel budget pour l'Italie ?
Logement, transport, budget… la vie étudiante en Italie