Étudier au Royaume-Uni : s'inscrire à l'université avec UCAS, l'APB anglais

Par Sophie de Tarlé, publié le 16 Septembre 2014
6 min

En France, il y a APB, au Royaume-Uni, il y a UCAS. Pour s'inscrire après le bac dans une université ou un “college” britannique, il faut passer par le dispositif UCAS. En 2014, 3.850 étudiants français ont utilisé ce site pour postuler dans un établissement d'outre-manche. Mode d'emploi en 5 questions/réponses.

Christ Church, université d'Oxford, GB

Christ Church, un des “colleges” les plus importants de l'université d'Oxford. // © DR

#1 Qu’est-ce que UCAS ?

UCAS (Universities and Colleges Admissions Service) est le système d’inscription dans les universités britanniques. Chaque année, le site gère les inscriptions de 650.000 étudiants britanniques et étrangers, dont près de 4.000 Français. En tout, 340 établissements d'enseignement supérieur en font partie.

En plus de la plate-forme UCAS (Universities and colleges admissions service) undergraduate, pour l'entrée en licence, le portail comprend également CUKAS performing arts, pour intégrer un conservatoire de musique, de danse ou de théâtre, UCAS teaching training pour s'inscrire dans un master d'enseignement et UCAS postgraduate pour l'admission en master et en doctorat.

#2 Quelles sont les conditions pour postuler ?

Tout étudiant souhaitant préparer un diplôme d’enseignement supérieur au Royaume-Uni doit passer par UCAS. Sont concernés les étudiants britanniques comme les étudiants étrangers, qu’ils soient ou non membres de l’Union européenne .

#3 Comment ça marche ?

Pour postuler dans une ou plusieurs universités britanniques, il vous suffira de vous inscrire sur le site, de constituer votre dossier (lire ci-dessous) et de faire vos vœux, cinq au maximum.

Les frais de candidature s'élèvent à 12 £ (16 €) pour une université, et 23 £(28,7 €) pour cinq universités. Certaines universités peuvent aussi vous demander de passer un entretien. “Ce n’est pas systématique. C’est surtout le cas pour les universités les plus sélectives”, note Chris Massey, directeur de UCAS international.

Petite particularité, si vous postulez à Oxford, vous ne pourrez pas postuler à Cambridge, et vice versa. En effet, on estime que les deux universités sont du même niveau et qu’il n’est pas utile de postuler aux deux.

Comme sur Admission-postbac, les choix demeurent confidentiels pendant tout le processus, et les établissements n’ont pas accès aux autres vœux du candidat.

#4 Comment les universités britanniques sélectionnent-elles leurs étudiants ?

Le dossier scolaire est pris en compte. Il faudra transmettre vos notes de seconde, de première et de terminale et les notes du bac de français. Vous devrez aussi demander à vos enseignants vos "notes prédictives", c'est-à-dire les notes que vous avez des chances d’obtenir au bac.

La lettre de motivation – "personal statement"  – est extrêmement importante pour se différencier des autres candidats et faire ressortir sa personnalité et son caractère. Vous trouverez des conseils avec un plan type sur le site de UCAS, qui pourra vous aider à la remplir.

"Attention, la lettre de motivation est la même pour les cinq vœux. Il ne faut donc pas citer une université dans sa lettre. Et il est préférable de faire ses cinq vœux dans la même matière ou dans des matières proches", conseille Pauline, inscrite en études commerciales à l’université de Londres.

Matteo, étudiant à Cambridge

Mattéo a dû passer un entretien en anglais déterminant avant d'entrer à Cambridge. // © Sophie de Tarlé

"Les Britanniques accordent une grande importance aux activités extrascolaires comme le sport, le théâtre, la lecture ou les activités caritatives", prévient Blandine Bastié, responsable régionale de Cambridge English Language Assessment pour le Royaume-Uni et l’Irlande. Et d’ajouter : "la qualité des références – des lettres de professeurs ou de professionnels – aura aussi un impact majeur sur le succès de la candidature".

L’enseignement se déroulant en anglais, il faudra aussi joindre un test certifiant votre niveau linguistique. Les universités demandent le plus souvent un score de 7 ou 7,5/9 au test IELTS. Ce type de test peut se passer au British Council. Les tests de Cambridge Advanced (grade A) ou le Proficiency grade A ou B sont aussi acceptés.

Un entretien en anglais est parfois exigé. Et cet oral est bien plus sélectif que l'examen du dossier. “À Cambridge, si 90 % des candidatures sur dossier sont acceptées, 80 % sont rejetées après l’entretien”, confirme Mattéo, inscrit en sciences politiques.

Le jeune homme se souvient parfaitement du sien : “L’examinateur m’a demandé de choisir entre plusieurs objets : une pierre, une brique, un trousseau de clefs et une peau de banane, et de raconter son histoire politique ! J’ai choisi la peau de banane, c’est un objet qui m’a beaucoup inspiré", raconte-t-il en riant.

L’examinateur s’en est donné à cœur joie. Comme Mattéo avait demandé un cours d’archéologie, il lui a demandé ce que penseraient des archéologues dans 2.000 ans, s’ils trouvaient une canette de bière.

"J’ai raconté que cela signifiait que dans cette société, les normes sociales n’étaient pas bien expliquées, puisque les gens jetaient leurs ordures n’importe où". Pour réussir l’oral, mieux vaut avoir un bon sens de l’improvisation.

La note que vous aurez au bac a aussi toute son importance. Une université peut exiger que vous ayez 14, 15, 16, voire 18/20 de moyenne générale ou dans certaines matières pour vous accepter. Quand la note exigée est basse, cela signifie que votre dossier les intéresse énormément.

Sara, 19 ans, qui a intégré une licence de langues à l’université de Cambridge en 2013, devait avoir 15/20 de moyenne au bac pour être admise. Avec 17,51/20, la jeune femme a largement dépassé l’objectif fixé. "Mais 15/20 ce n’était pas beaucoup. Cela veut dire que mon profil les intéressait. Je parle cinq langues : danois, anglais, français, russe et espagnol, ce qui est très rare ici car les Anglais sont nuls en langue", décode l’étudiante americano-danoise, qui a passé son bac au lycée international de Saint-Germain-en-Laye (78).

Sara, étudiante à Cambridge

L'université de Cambridge a exigé que Sara décroche 15/20 de moyenne au bac pour être admise. // © Sophie de Tarlé

À partir du mois de mars, le candidat inscrit sur UCAS peut recevoir jusqu’à cinq propositions. Il doit en accepter deux : un choix "ferme" et un choix de secours au cas où il n’aurait pas eu la note exigée au bac. Ensuite, c'est l'inverse d'APB : "Une fois que l’on sait où on a été admis, on peut classer ses vœux", explique Sara.

#5 Quel est le calendrier des démarches ?

Les candidats ont jusqu’au 15 octobre pour envoyer leur dossier aux universités et cursus les plus sélectifs, c’est-à-dire Oxford et Cambridge en médecine/sciences, dentaire et vétérinaire.

Pour la plupart des autres établissements, la date limite est fixée au 15 janvier. À partir du 8 mai, des universités pourront vous faire des propositions.

Le 2 juillet, est la date limite pour postuler via la procédure "Extra". Enfin, du 30 juin au 30 septembre, les candidats peuvent tenter leur chance au "Clearing", une sorte de procédure complémentaire, qui permet de postuler pour les places encore vacantes des universités. Voir toutes les dates sur le site de l'UCAS.

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !