1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. La Tchéquie pour étudier la médecine, ces avantages auxquels vous n’auriez pas pensé
Partenariat

La Tchéquie pour étudier la médecine, ces avantages auxquels vous n’auriez pas pensé

Envoyer cet article à un ami
 // © Masaryk University
// © Masaryk University

Quotas serrés, cercles fermés et ambiance élitiste… Étudier la médecine en France ne convient pas à tout le monde. Si les formations nécessaires requièrent généralement une excellente scolarité et un bac scientifique, il faut aussi une motivation et un esprit bien particulier pour les apprécier. Si l’on n’aime ni l’ambiance ni le stress « français » et que l’on tenterait volontiers l’aventure à étranger à la majorité, pourquoi ne pas faire ses études de médecine en Europe centrale ? Là où le diplôme est équivalent, mais se décroche dans un décor bien différent. Zoom.

C’est un fait : les étudiants sont aujourd’hui frileux à l’idée de s’embarquer dans de longs cursus universitaires formant à la médecine. La raison, souvent invoquée par les jeunes Français, étant la difficulté de se soumettre à une atmosphère scolaire très particulière. Rythme chargé, compétition soutenue et surcharge mentale sont les points souvent soulignés par ceux qui s’y essaient. Depuis des années, il est avéré que la France ne compte pas assez de médecins généralistes. Pourtant, les quotas varient à peine et accéder en deuxième année de médecine apparaît toujours comme un challenge particulièrement difficile à relever pour les étudiants.

Voyager… et étudier la médecine

L’ambiance française fait également partie des désagréments évoqués. Les étudiants en médecine évoluent souvent dans des cercles fermés, élitistes et parfois même discriminants envers les autres étudiants. On pense ainsi au bizutage des premières années, aujourd’hui réglementé. Bref, si certains étudiants peuvent être faits pour la médecine, il est fréquent que le cursus français ne leur semble pas adapté. Nos universités pourraient presque les démotiver à suivre la formation post-bac de leurs rêves ; ils auraient alors besoin de voyager ou de miser sur une formation scientifique dans un cadre moins « cloisonné ». Raison pour laquelle de plus en plus d’étudiants se tournent vers des scolarités universitaires hors territoire français. Suivre des cours de médecine, mais loin de nos traditionnels amphithéâtres. « J’étais à la recherche de la meilleure qualité de vie pour mon cursus post-lycée : étudier la médecine et avoir des amis du monde entier. Je voulais être capable de partager, mais aussi d’apprendre en équipe, dans une autre langue. Le tout en pouvant me permettre de loger dans un appartement bon marché avec un coût de la vie raisonnable », nous explique le docteur Mubarak Alrasheed, résident en ophtalmologie à Lyon et diplômé de l’université Masaryk, en Tchéquie.

La faculté Masaryk, une aubaine pour les étudiants en médecine

Ce docteur s’est en effet envolé pour la Tchéquie afin de devenir médecin. Non pas que l’obtention du diplôme ait été sans difficulté – bien au contraire – mais parce que Mubarak souhaitait une meilleure ouverture d’esprit et une rencontre avec le monde qui l’entoure. Maîtriser une autre langue, découvrir une nouvelle culture et étudier en anglais étaient des points primordiaux pour son cursus post-bac. Ce qu’il a finalement pu réaliser en rejoignant la faculté Masaryk. Si le diplôme obtenu en Tchéquie est équivalent à celui décroché en France, hors spécialités qui peuvent être poursuivies dans les deux pays au même titre, les élèves voient ensuite le spectre des possibilités s’élargir considérablement. Ils peuvent ainsi retourner dans leur pays natal (en France) pour se perfectionner et exercer. Ou faire leurs valises et se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle dans un pays anglophone comme le Royaume-Uni ou les États-Unis.

Quant au numerus clausus tant redouté en France durant la première année d’études de médecine, il serait aussi « moins traumatisant » en Tchéquie, à en croire Noémie – étudiante en médecine à Masaryk prête à se spécialiser en gynécologie-obstétrique. « L’écrémage est moins important. La sélection se fait à l’entrée et sur la durée des études plutôt qu’après une année d’intenses efforts en France  », souligne la jeune femme.

Un campus pour étudiants motivés

Située à Brno, en Tchéquie, l’université rassemble donc chaque année toujours plus d’étudiants internationaux. Tous ayant la même volonté de s’offrir une meilleure qualité de vie, de découvrir quelque chose de nouveau et d’étendre leurs connaissances en matière de langues étrangères. Et puis, quand la vie étudiante coûte moins cher, il faut admettre que cela étend le champ des possibles – notamment le week-end ou en période de vacances scolaires. « La découverte de différentes expériences avec des étudiants du monde entier, où tous partagent leurs connaissances et étudient dans un même bâtiment moderne – au sein d’un campus universitaire ouvert exclusivement aux étudiants en médecine et 24h/24 – c’est la promesse de l’université tchèque et c’est ce que j’y ai vraiment apprécié », ajoute Mubarak Alrasheed. Brno est en outre, en plus d’être réputée pour son accueil chaleureux, la première ville universitaire de Tchéquie. Il est donc recommandé aux élèves en quête de mobilité internationale de s’intéresser à cette destination s’ils souhaitent se tourner vers une formation de médecin.

La bougeotte, mais pas que

L’université Masaryk est aussi proposée aux étudiants souhaitant une « seconde chance » en médecine, après un échec en France, par exemple lors d’examens nationaux. Ce sont donc des élèves motivés et passionnés qui s’y inscrivent, rêvant de devenir kinésithérapeutes, dentistes ou encore généralistes. Un virage crucial pour leur objectif professionnel que l’on ne saurait que leur conseiller.

Bon à savoir

Pour intégrer le campus de Masaryk et accéder à ses formations, la faculté propose à ses potentiels étudiants de se préparer aux examens grâce à une plateforme online et donne aussi la possibilité à ces derniers d’échanger avec les professeurs. Questions, renseignements ou suivi des cours préparatoires sont ainsi facilités grâce à un système en ligne payant et à distance. Le tout pour maximiser ses chances d’admission à la faculté de Masaryk et poursuivre les études de ses rêves dans le milieu médical. Pas mal !

Toutes les informations sont à retrouver sur le site de la faculté Masaryk.