1. Comment Anne-Lise, étudiante au Cesi d'Arras, est allée en mission humanitaire en Afrique du Sud
Portrait

Comment Anne-Lise, étudiante au Cesi d'Arras, est allée en mission humanitaire en Afrique du Sud

Envoyer cet article à un ami
Comment Anne-Lise, étudiante au Cesi d'Arras, est allée en mission de 3 mois en Afrique du Sud // © Photo fournie par le témoin
Comment Anne-Lise, étudiante au Cesi d'Arras, est allée en mission de 3 mois en Afrique du Sud // © Photo fournie par le témoin

Pour sa mission de trois mois obligatoire en fin de deuxième année au Cesi (Centre des études supérieures industrielles), Anne-Lise, 24 ans, a décidé de participer à la construction d'une crèche dans un bidonville du Cap.

South-Africa Pourquoi l'Afrique du Sud ?

Elle aurait pu choisir l'Angleterre, mais ce n'était pas assez aventurier à son goût ! Dans le cadre de ses études d'ingénieur réalisées en apprentissage au Cesi, Anne-Lise a décidé de partir à l'aventure, à l'autre bout du monde. La jeune fille a choisi l'Afrique du Sud pour réaliser sa mission de trois mois, rendue obligatoire par l'établissement, en fin de deuxième année d'études.

"De par sa culture et son histoire, le pays me fascinait, raconte Anne-Lise. De plus, c'était pour moi l'occasion d'améliorer mon niveau d'anglais." 

South-Africa Ce qu'elle y a fait

Passionnée de travaux publics et de construction, elle choisit de consacrer ces trois mois à une mission humanitaire qui veut construire une crèche dans un bidonville du Cap. "Le premier jour, j'ai été choquée par les conditions de vie de la population, se souvient-elle. Pour construire le bâtiment, nous avions des sacs de sable et du ciment, rien de plus. Rien à voir avec les conditions de travail d'un ingénieur en France !"

Pendant sa mission, Anne-Lise est logée dans une famille d'accueil. Elle découvre d'autres coutumes, un autre mode de vie. "Ces trois mois ont été d'une richesse incroyable sur le plan humain", indique la jeune femme.

South-Africa Et l'après, elle le voit comment ?

Diplômée en décembre 2013 du Cesi, Anne-Lise vient d'être embauchée dans une société de services lilloise. Si elle ne s'interdit pas de travailler un jour à l'étranger, elle préférerait partir régulièrement en mission, pour découvrir de nouveaux pays et participer à d'autres projets humanitaires.

LE CONSEIL D'ANNE-LISE
"Partir à l'étranger pendant ses études est une chance inouïe. N'hésitez pas à réaliser vos envies les plus folles, à partir à l'aventure sans vous poser de questions. L'expérience sera toujours enrichissante, tant au niveau de la formation que sur le plan humain."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment Émeline, étudiante à l'ENSTBB Bordeaux, est partie en stage en Australie Comment Célia, étudiante à l'UTC Compiègne, a passé un semestre au Brésil Comment Anne-Lise, étudiante au Cesi d'Arras, est allée en mission humanitaire en Afrique du Sud