1. Comment Alexandre, étudiant à l'ESSCA, a effectué son stage en Chine
Portrait

Comment Alexandre, étudiant à l'ESSCA, a effectué son stage en Chine

Envoyer cet article à un ami
Comment Alexandre, étudiant à l'ESSCA, a effectué son stage en Chine // © Photo fournie par le témoin
Comment Alexandre, étudiant à l'ESSCA, a effectué son stage en Chine // © Photo fournie par le témoin

En quatrième année à l'ESSCA de Paris, Alexandre, 22 ans, effectue un stage en entreprise en Chine. Plongée dans un nouveau de rythme de vie.

China Pourquoi la Chine ?

Alexandre, en troisième année à l'ESSCA (École supérieure des sciences commerciales), à Paris, a quitté pour la première fois le nid familial. Il pouvait partir en échange universitaire classique, mais il a choisi de s'immerger dans la vie en entreprise. "C'était un bain dans l'inconnu, sourit-il. J'avais déjà fait des stages en France et je voulais voir comment ça se passe à l'autre bout du monde."

Après avoir éplu­ché les sites de recrutement et fait appel à son réseau, un "ami d'ami" de ses pa­rents lui propose de partir avec lui en Chine sur un projet en lien avec le café. "Si j'avais eu le choix, je serais allé en Amérique du Sud, avoue Alexandre. Je ne connaissais rien du pays, de la langue, de la culture, et je ne savais pas exactement ce que j'allais faire, c'était quitte ou double."

China Ce qu'il y fait

Le Parisien rejoint, sans transition, une équipe chargée de mettre en place la distribution du café dans l'empire du Milieu, pour le compte d'une grande entreprise internationale. "C'est un gros défi car les Chinois n'ont pas du tout la culture du café." Les semaines se partagent entre Shanghai et Cixi. Deux mondes opposés : "Pour aller à Cixi, on traversait un pont de 40 kilomètres et on faisait un bond de cent ans en arrière ; on se retrouvait au milieu des maisons de l'ère Mao, des ‘tuk-tuk’ et des uniformes bleus."

China Son style de vie

À Shanghai, Alexandre et ses six colocataires mènent grand train. "On avait chacun une grande chambre avec terrasse, et la femme de ménage faisait notre lit tous les jours."

Budget mensuel : 500 € pour le logement et 250 € pour l'alimentation et les sorties. Cet avant-goût du statut d'expatrié a impressionné l'étudiant. "En tant que lowai (‘étranger’ en mandarin), on vivait comme des rois." Il en a d'autant plus apprécié sa rencontre avec un étudiant chinois qui l'a invité à un mariage, loin du cercle doré des expatriés.

LES CONSEILS D'ALEXANDRE
"Sortez de votre zone de confort ! C'est le meilleur moyen de découvrir une nouvelle culture. Je ne voulais pas partir travailler en Chine, et c'était une erreur : prendre conscience des différences m'a permis de me rapprocher de ma propre culture."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment Louis, étudiant à l'ESC Rennes, est parti un semestre au Mexique Comment Anouk, étudiante à SKEMA, a passé sa 3e année en Caroline du Nord Comment Alexandre, étudiant à l'ESSCA, a effectué son stage en Chine