1. Étudier à Oxford : trois Français témoignent
Témoignage

Étudier à Oxford : trois Français témoignent

Envoyer cet article à un ami
Welcome to Oxford ! La prestigieuse université anglaise n'est pas inaccessible pour les Frenchies. // © Eva Mignot
Welcome to Oxford ! La prestigieuse université anglaise n'est pas inaccessible pour les Frenchies. // © Eva Mignot

Charlotte, Pauline et Elie : trois étudiants français à Oxford University. Pour l'Etudiant, ils reviennent sur leur expérience, détaillent la procédure d'entrée et racontent leur quotidien au sein de l’une des plus anciennes facultés d'Angleterre.

Vieux manoirs de briques et de pierres, grandes salles de réception, bibliothèques immenses… L'université a inspiré J.K. Rowling l’auteure d'Harry Potter pour son Poudlard. Mais Oxford, c'est surtout l’un des plus prestigieux établissements du monde. Charlotte, Pauline et Elie, trois étudiants français, expliquent comment ils sont entrés à Oxford University et relatent leur vie de tous les jours outre-Manche.

Lire aussi : Classement de Shanghai 2018 : quelles sont les universités françaises du top 500 ?

Lettre de motivation, tests et entretien

Avant d’intégrer Oxford en 2017, Pauline était étudiante au lycée français de Singapour. "J’avais des amis qui postulaient et je me suis dit, 'Pourquoi pas moi ?'", détaille la Française de 18 ans, qui effectue sa deuxième année de français et de philosophie. Comme tout candidat, elle a dû envoyer une lettre de motivation – en anglais "of course" – limitée à 4.000 signes. "J’écrivais comme je parlais. J’ai demandé à une étudiante de Cambridge [une autre université très réputée en Angleterre] de m'aider. Elle a résumé mon courrier en 3.700 signes extrêmement bien rédigés, dans un anglais parfait", relate Pauline.

Elie, quant à lui, a su dès la classe de première qu’il souhaitait intégrer cette université. Il a donc eu le temps de perfectionner sa lettre. "J'ai été accompagné par un organisme : il y a eu en tout six versions, de mai à septembre", se souvient le jeune homme de 20 ans, qui entre en troisième année.

Les étudiants doivent ensuite passer des examens correspondant aux spécialités auxquelles ils se destinent. Charlotte et Elie suivent tous les deux le parcours "Human Sciences", comportant à la fois de la génétique, de la biologie et de l’anthropologie. Ils ont dû se confronter à une batterie de tests de QI, de logique mathématique et argumentative. "J’ai aussi rédigé un essai en une demi-heure seulement", raconte Charlotte.

Lire aussi : Étudier au Royaume-Uni : suivez le guide !

L'ultime étape consiste en un entretien avec un membre d’Oxford. Elie a demandé à deux de ses professeurs de lycée de le préparer à des entretiens types. "Une semaine, c’était mon professeur d’anglais, la semaine suivante, c’était mon professeur de SVT (sciences de la vie et de la Terre)", explique-t-il. Rassurez-vous sur votre niveau de langue. Les exigences sont fortes, mais il n’est pas nécessaire d’avoir effectué un séjour à l’étranger avant de candidater. Elie a principalement appris l’anglais en regardant des séries télévisées en version originale. "Savor bien parler anglais est un plus, mais il n’est pas nécessaire d’être bilingue. Il faut avant tout y aller confiant."

Enfin, si vous comptez tenter vous aussi votre chance, sachez que vos notes au bac peuvent conditionner votre entrée à l’université. Osez ! "Si tu ne postules pas, tu as zéro chance d’intégrer Oxford", conclut Pauline, logiquement.

Un rite de passage

Le "Matriculation Day", trois semaines après la rentrée, est un passage obligé pour tout nouvel arrivant. Les étudiants portent alors un uniforme qu’ils revêtiront lors de chaque examen et à l'occasion d’autres événements plus ponctuels. "Tu entres dans un théâtre. Quelqu’un tient un sceptre et parle en latin pendant la cérémonie. Et là, je me suis vraiment demandé 'Mais qu’est-ce que je fais là ?'", raconte Pauline.

Test : Êtes-vous prêt(e) à partir étudier au Royaume-Uni ?

Les traditions de l’université d’Oxford rythment la vie des étudiants. L’université se divise en 38 "colleges" qui servent à l’élève de domicile tout au long de sa scolarité. Les maisons accueillent aussi des cours et des événements y sont organisés. "Nous avons régulièrement des bals. Ils font presque penser à des parcs d’attraction avec leurs divers stands d’activité", raconte Elie.

Des cours-discussions

La semaine d'un étudiant s’organise autour de cours en amphithéâtre, en groupe, et de "tutorials", une particularité d’Oxford. Un professeur réunit un ou deux étudiants autour d’un essai qu’ils ont travaillé en amont. "On se met sur un canapé et on discute avec les enseignants", raconte Pauline. "C’est très impressionnant d’être en tête-à-tête avec des professeurs qui sont en réalité des sommités dans leur matière", ajoute Charlotte, 20 ans, en deuxième année.

Une proximité présente tout au long de la scolarité. "On a les numéros de téléphone de tous les professeurs. On peut les appeler quand on veut", ajoute Pauline. Les étudiants doivent intégrer eux-mêmes ces "tutorials" dans leur emploi du temps et s’arranger avec les enseignants pour s’accorder sur des créneaux horaires.

Sachez cependant que ces cours personnalisés et cet enseignement de qualité sont relativement onéreux. Comptez 9.000 £ (environ 10.000 €) pour une année. Soit autant que pour une grande école de commerce française.