1. Partir étudier en Chine selon Bastien, élève ingénieur

Partir étudier en Chine selon Bastien, élève ingénieur

Envoyer cet article à un ami

Dernier jour de cours pour Bastien, 24 ans, étudiant en école d’ingénieurs qui passe sa cinquième et dernière année à Shanghai en Chine. Au programme : soutenance de stage devant ses profs et des professionnels français. L’occasion de nous raconter son parcours et son expérience dans l’Empire du milieu. Dépaysement garanti !

Attiré par les sciences depuis le lycée, Bastien s’était d’abord dirigé, après son bac S, vers une classe préparatoire. Au bout d’un an, il capitule. La prépa n’est pas faite pour lui. "Je voulais déjà être ingénieur mais n’avais pas d’école en tête. J’avais peur, au final, de choisir une école par défaut." Il ne baisse pas les bras pour autant et postule sur dossier à l’UTC (Université de technologie de Compiègne) où il repart de zéro dès la rentrée suivante. La scolarité s’y divise en deux années de tronc commun puis trois ans de cycle ingénieur pendant lesquels il faut se spécialiser sur un domaine. Pour Bastien, ce sera génie mécanique.

sejour en chine6 mois en République tchèque, un avant-goût de l’étranger

"Le virus de l’étranger", l’élève ingénieur l’attrape lors d’un premier séjour d’études de 6 mois en République tchèque, à la fin de ces deux années de tronc commun. "À 21 ans, je quitte le cocon familial et apprend à être autonome. Un vrai tournant…", avoue le jeune homme originaire de Beauvais.

"Apprendre une langue exotique"

Après son expérience tchèque, Bastien décide de prendre un module d’apprentissage du chinois dans le cadre de ses études à l’UTC. Sans aucune volonté d’aller y étudier au départ. "J’en avais marre d’apprendre les mêmes langues vivantes que tout le monde. Je voulais aller vers des langues plus exotiques. Un défi en quelque sorte." Le jeune homme fait un an d’initiation, deux à trois heures par semaine.

Départ pour un semestre d’études et 6 mois de stage

Dans le même temps, l'UTC, l'Université de technologie de Troyes et l'Université de technologie Belfort-Montbéliard montent à Shanghai, avec l’université de la ville, une école baptisée l’UTSEUS (Université de technologie sino-européenne de l’université de Shanghai). Destinée dans un premier temps aux étudiants chinois, elle s’ouvre peu à peu aux étudiants français des UT. Au cours de sa quatrième année, Bastien reçoit un mail de l’UTC en ce sens. Les conditions pour partir : avoir validé la quasi totalité de ses UV (unités de valeur) scientifiques et avoir suivi le cours de chinois. Malgré l’inquiétude d’essuyer les plâtres, Bastien y voit une opportunité à ne pas rater. A la rentrée 2008, il fait partie des 20 premiers étudiants français à partir en Chine pour un semestre d’études à l’USTSEUS et 6 mois de stage. L’aventure commence…

Sylvie Lecherbonnier
Sommaire du dossier
Un semestre centré sur l’apprentissage du Chinois Un stage en Chine : le choc culturel Chine : la vie étudiante à moindres frais Chine : une expérience qui donne envie de rester