1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Étudier à l’étranger : quelles options filière par filière
Coaching

Étudier à l’étranger : quelles options filière par filière

Envoyer cet article à un ami

Beaucoup d’établissements affichent leur désir de s’ouvrir à l’international, pourtant certains n’ont pas encore dépassé le stade des bonnes intentions. Le point sur les différents cursus, avec des extraits du livre "Partir étudier à l’étranger", de Sophie Collet, publié aux éditions l’Etudiant.

Rien de tel que les doubles (voire les triples) diplômes pour donner une coloration internationale à votre profil. Il ne s’agit pas d’obtenir 2 diplômes en France dans 2 filières différentes, mais, au contraire, de se cantonner à une discipline (économie-gestion, histoire…) en l’étudiant dans différents pays, au sein d’un parcours balisé : le "cursus intégré".


Un enseignement cosmopolite dans de nombreuses disciplines

Que ce soit avec Erasmus Mundus ou par le biais d’accords bilatéraux ou trilatéraux, en fac ou en école, les cursus intégrés prévoient des périodes d’études dans différents pays. Ces études durent en général de quelques mois à une année de plus qu’un parcours classique.

Les pionniers des cursus intégrés ont sans conteste été les diplômes franco-allemands. Aujourd’hui, ils dominent encore le nombre des doubles diplômes en université, mais, au sein des grandes écoles, ce n’est plus le cas. Certains partenariats ont été mis en place, avec des destinations aussi lointaines que la Thaïlande (ESCP Europe) ou le Brésil (Sciences Po en relations internationales).


Un parcours d’excellence rentable sur le marché du travail

Les doubles diplômes présentent un avantage de taille : leurs détenteurs sont susceptibles d’être embauchés au moins dans les 2 pays concernés. Lorsqu’on souhaite démarrer sa carrière à l’international, un diplôme local peut agir comme un véritable sésame. En effet, à l’étranger, les établissements français restent souvent mal connus, même les plus prestigieux. Et la proximité n’y change pas grand-chose : chez nos voisins allemands, Sciences Po évoque plutôt une douce nonchalance qu’un parcours rigoureux et réputé.

Pour aller plus loin : Étudier à l’étranger : partir avec Erasmus+, comment ça marche / Étudier en Europe : ils ont vécu l’aventure Erasmus / Étudier à l’étranger : quelles sont les autres solutions qu’Erasmus ? (International) / Scolarité à l’étranger : comment gérer son retour en France

Sommaire du dossier
Étudier à l’étranger : les écoles de commerce Étudier à l’étranger : les écoles d’ingénieurs Étudier à l’étranger : les instituts d’études politiques (IEP) Étudier à l’étranger : à l’université Étudier à l’étranger : les études de langues