1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Étudier à l’étranger : quelles options filière par filière
  4. Étudier à l’étranger : à l’université
Coaching

Étudier à l’étranger : à l’université

Envoyer cet article à un ami

Beaucoup d’établissements affichent leur désir de s’ouvrir à l’international, pourtant certains n’ont pas encore dépassé le stade des bonnes intentions. Le point sur les différents cursus, avec des extraits du livre "Partir étudier à l’étranger", de Sophie Collet, publié aux éditions l’Etudiant.

Vous n’envisagez pas d’intégrer une grande école ? Pas de panique, les universités disposent elles aussi de leurs accords d’échanges. Mais toutes les disciplines ne sont pas sur un pied d’égalité quand il s’agit de mobilité.


Des départs à l’étranger facultatifs qui exigent une forte motivation

À la fac, un séjour hors de France n’est jamais obligatoire et les volumes d’étudiants sont en général importants. Seuls quelques étudiants sélectionnés par les professeurs référents auront l’opportunité de partir. C’est pourquoi il faut savoir qu’un départ à l’étranger vous demandera plus de motivation qu’à un étudiant en école.

Patricia Mauclair, directrice des relations internationales de l’université Paris-Ouest-Nanterre-la Défense, le reconnaît : "Nous savons que toute une partie de la mobilité nous échappe. Nous incitons les étudiants à partir par le biais des accords d’échanges, mais nous n’avons pas forcément de places pour tout le monde."
Pour mener à bien votre projet, Diminga Mendy, adjointe de Patricia Mauclair, conseille : "Demandez-vous toujours ce que vous attendez de ce séjour. Et pour cela, projetez-vous à la fois du point de vue académique, pour la suite de vos études, et du point de vue professionnel, pour votre entrée dans le monde du travail." Mettez en place une stratégie pour convaincre, et pensez aussi aux pays moins demandés pour multiplier vos chances de partir.


Des filières qui regardent vers l’extérieur

Sciences sociales, commerce et droit correspondent aux disciplines qui envoient le plus d’étudiants à l’étranger : 41 % des étudiants en séjour académique et 44 % des étudiants en stage viennent de ces filières. Par comparaison, les sciences, les mathématiques et l’informatique ne représentent que 13 % de la mobilité internationale ! Des chiffres qui se retrouvent à Paris-10 : "Nous avons 5 cursus intégrés en droit, 2 en langues, et un en économie-gestion", énumère Patricia Mauclair.

Pour aller plus loin : Étudier à l’étranger : partir avec Erasmus+, comment ça marche / Étudier en Europe : ils ont vécu l’aventure Erasmus / Étudier à l’étranger : quelles sont les autres solutions qu’Erasmus ? (International) / Scolarité à l’étranger : comment gérer son retour en France

Sommaire du dossier
Retour au dossier Étudier à l’étranger : les écoles de commerce Étudier à l’étranger : les écoles d’ingénieurs Étudier à l’étranger : les instituts d’études politiques (IEP) Étudier à l’étranger : à l’université Étudier à l’étranger : les études de langues