1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Étudier à l’étranger : quelles options filière par filière
  4. Étudier à l’étranger : les instituts d’études politiques (IEP)
Coaching

Étudier à l’étranger : les instituts d’études politiques (IEP)

Envoyer cet article à un ami

Beaucoup d’établissements affichent leur désir de s’ouvrir à l’international, pourtant certains n’ont pas encore dépassé le stade des bonnes intentions. Le point sur les différents cursus, avec des extraits du livre "Partir étudier à l’étranger", de Sophie Collet, publié aux éditions l’Etudiant.

Dans les IEP (institut d’études politiques), on étudie l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, les langues vivantes, mais aussi l’économie, le droit et la culture générale. Les enseignements se veulent ouverts sur le monde. Des liens qui sont aussi matérialisés par la présence des étudiants étrangers en France. À Paris, ils représentent un tiers de l’effectif en master.


Une année à l’étranger dans tous les IEP

Quasiment tous les IEP prévoient un séjour à l’étranger dans leur scolarité. Soit obligatoire, soit fortement encouragé, il a lieu en 3e année et peut prendre la forme d’une mobilité académique ou d’un stage. Les étudiants se retrouvent ensuite tous en 4e année.

Marine, étudiante à l’IEP de Toulouse, a profité de cette opportunité pour faire 6 mois de stage dans un cabinet d’avocats à Bombay, en Inde, puis 4 mois en Espagne, au sein de l’Alliance française de Carthagène. "2 expériences extrêmement différentes qui ont vraiment enrichi mon cursus", estime-t-elle.


À Paris, des premiers cycles délocalisés pour une double identité

Il y a 10 ans, Sciences Po Paris ouvrait son 1er cycle "délocalisé". Il s’agissait du campus de Nancy, tourné vers les problématiques franco-allemandes. Des promotions mixtes binationales, un enseignement en 2 langues, suivi d’une année passée en Allemagne pour les Français, en France pour les Allemands : le modèle était très attractif.

Depuis, l’idée a fait des petits et 5 autres campus ont ouvert sur le même modèle, chacun axé sur une aire géographique différente : l’Europe de l’Est à Dijon, les régions ibériques et latino-américaines à Poitiers, la Méditerranée et le Moyen-Orient à Menton, l’Amérique du Nord à Reims et l’Asie au Havre.

Pour aller plus loin : Étudier à l’étranger : partir avec Erasmus+, comment ça marche / Étudier en Europe : ils ont vécu l’aventure Erasmus / Étudier à l’étranger : quelles sont les autres solutions qu’Erasmus ? (International) / Scolarité à l’étranger : comment gérer son retour en France

Sommaire du dossier
Retour au dossier Étudier à l’étranger : les écoles de commerce Étudier à l’étranger : les écoles d’ingénieurs Étudier à l’étranger : les instituts d’études politiques (IEP) Étudier à l’étranger : à l’université Étudier à l’étranger : les études de langues