1. Tara, Erasmus+ en Croatie : "Il faut prendre le (petit) risque de sortir de sa zone de confort"
Témoignage

Tara, Erasmus+ en Croatie : "Il faut prendre le (petit) risque de sortir de sa zone de confort"

Envoyer cet article à un ami
Tara se voyait dans les pays scandinaves et s'est retrouvée en Croatie. // © Ariane Pinel pour l'Etudiant
Tara se voyait dans les pays scandinaves et s'est retrouvée en Croatie. // © Ariane Pinel pour l'Etudiant

En licence sciences sociales, Tara est partie à 23 ans, en SVE (service volontaire européen) en Croatie. Cette expérience Erasmus+ lui a permis de repousser ses limites.

Après une licence en sciences sociales à l'université Lille 3 (59), Tara fait le point : "Je n'étais jamais partie à l'étranger dans le cadre de mes études et je voulais absolument le faire. Je suis donc retournée au Puy-en-Velay (43), la ville où j'ai grandi, pour préparer ce projet. Un ami m'avait parlé du SVE (service volontaire européen) et, pour en savoir plus, j'ai contacté le Point Information Jeunesse du Velay." Le centre recense les demandes de centaines d'associations en Europe, qui cherchent des volontaires pour des missions précises : on ne part pas en SVE la fleur au fusil. Tara trouve ainsi une offre qui l'attire... en Croatie.

Lire aussi : Erasmus+ : 1001 façons de partir

Capable de prendre des initiatives

"Au départ, je visais plutôt les pays scandinaves ou les Pays-Bas. Mais c'est la nature du projet qui m'a plu en Croatie. Je voulais un lien avec la culture et la communication." En février 2015, elle s'envole donc pour Karlovac, près de Zagreb. Elle y restera onze mois, travaillant dans une association pour la jeunesse, qui organise des ateliers de théâtre, d'anglais, et prépare des festivals... "J'étais enthousiaste ! Mais anxieuse aussi ! Je ne connaissais ni le pays, ni mes colocataires, ni l'association." Au final, Tara est emballée.

Le SVE, pour tout le monde ? "Il faut être dans de bonnes dispositions pour prendre le (petit) risque de sortir de sa zone de confort. Dans ce programme, chaque volontaire a un tuteur qui encadre le projet de travail et un mentor qui s'occupe de tout ce qui est plus personnel." À son retour, Tara a été embauchée par le Point Information Jeunesse du Velay. Ce qu'elle retient de son voyage : "Cela m'a montré que je pouvais prendre des initiatives : que je pouvais le faire !"