1. Les équivalences de diplômes
Enquête

Les équivalences de diplômes

Envoyer cet article à un ami

Il n’existe aucune équivalence automatique entre les diplômes obtenus dans votre pays et les diplômes français. C’est à peine si l’on considère aujourd’hui que les diplômes de fin d’études secondaires délivrés dans l’Union européenne correspondent au baccalauréat français.

Faire reconnaître son diplôme de fin d’études secondaires


Si vous êtes titulaire d’un diplôme de fin d’études secondaires extérieur à l’Union européenne et que vous voulez entamer des études en France, vous devez en adresser la demande au rectorat dont dépend l’établissement d’enseignement supérieur que vous visez. Seuls les rectorats sont habilités à délivrer des attestations de niveau d’études. Si vous avez un diplôme de l’enseignement secondaire professionnel, vous pouvez vous adresser directement au ministère de l’Éducation nationale, à la direction de l’enseignement scolaire.

Faire reconnaître son diplôme d’études supérieures


Si vous êtes déjà en possession d’un diplôme d’études supérieures dans votre pays, vous devez faire une demande de reconnaissance ou une demande de dérogation de titre au service de la scolarité de votre université ou de votre école. Attention : chaque établissement d’enseignement supérieur fixe ses propres équivalences. Pour le même diplôme, deux universités peuvent ainsi vous admettre à un niveau différent. Par exemple, ce n’est pas parce que vous avez effectué trois ans d’études dans votre pays que vous allez automatiquement être admis en master. Il arrive souvent que les étudiants étrangers, en arrivant en France, fassent une année d’études supplémentaire. Certains professeurs conseillent d’ailleurs de venir uniquement pour se spécialiser, à cause de ce problème d’équivalence.
 
Un processus long et complexe. Ainsi, si vous ne faites pas partie d’un programme d’échange, le processus de reconnaissance de vos diplômes peut s’avérer long et complexe. Vous devez faire traduire vos documents – diplômes et descriptif de cursus avec cours et options – en France par un traducteur assermenté. L’université ou l’école visée jugera alors de votre niveau et de votre capacité à suivre une formation.
Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez consulter le site de l’ENIC-NARIC France, le centre d’information sur la reconnaissance académique et professionnelle des diplômes. L’organisme, en partenariat avec le rectorat, établit des attestations de niveau d’études pour les étrangers. Des attestions qui peuvent aider lors de la sélection…



Le passeport européen


Grâce au système européen de crédits ECTS (pour « european credit system transfer »), l’équivalence des diplômes est grandement simplifiée au sein des pays de l’Union européenne et de ceux qui y sont associés. Ce système fonctionne comme un passeport d’études européen permettant de valider les examens et, théoriquement, de les transférer dans les pays d’Europe. Les crédits sont attribués à la fin des cours et des examens et constituent une évaluation de la quantité de travail. Pour une licence, qui dure trois ans, il faut réunir 180 crédits. Un master, qui demande deux années supplémentaires, permet de cumuler 300 points. Enfin, un doctorat s’obtient après validation de la thèse au bout de huit ans d’études et 480 crédits.
Concrètement, l’université d’origine, l’université d’accueil et le jeune lui-même signent un « contrat d’études trilatéral ». Les étudiants expatriés reçoivent ensuite un « relevé de notes » officiel de l’université d’accueil indiquant l’intitulé des cours suivis et les crédits affectés. Ainsi, l’université d’origine peut reconnaître le nombre d’ECTS obtenus par l’étudiant.


Partagez vos expériences sur nos forums.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Se renseigner et s’organiser à l’avance Les grandes filières d’études Intégrer l’université Les écoles d’ingénieurs Les écoles de commerce Les cours à la française Les équivalences de diplômes Quel niveau de français ? Comment être en règle ? Quel est le budget d’un étudiant ? Obtenir une bourse Se loger L’accueil des étrangers