1. Les grandes filières d’études
Enquête

Les grandes filières d’études

Envoyer cet article à un ami

Après le baccalauréat, le diplôme qui conclut les études secondaires françaises, un étudiant peut opter pour des études plus ou moins longues. Il a alors le choix entre plus de 3000 établissements dont 95 universités (13 d’entre elles sont privées), 246 écoles d’ingénieurs, 223 écoles de commerce, gestion et comptabilité et 2000 écoles à spécialités diverses (mode, art, architecture, paramédical...).

L’université

Le premier cycle d’études universitaires est ouvert à tous les diplômés du baccalauréat. La formation peut durer de trois à huit ans, menant d’abord en six semestres à la licence puis, en quatre semestres, au master. Il faut au minimum deux années, dites M1 et M2, pour obtenir ce diplôme. La sélection à l’entrée du M1 dépend des universités et du nombre de places dans les formations proposées. La plupart du temps, seule la licence suffit pour y accéder. En revanche, un décryptage des dossiers a lieu en M2. Une moyenne générale minimale est requise. Après le master, il est possible de passer un doctorat en trois ans. A la fac, quasiment tous les grands secteurs d’études sont représentés : les sciences, les technologies, les lettres, les langues, les arts, les sciences humaines, le droit, la gestion, le sport…

L’université a développé des filières technologiques et des diplômes à finalité professionnelle.
Elle délivre ainsi 50 % des titres d’ingénieur en France. Les 114 IUT (instituts universitaires de technologie) proposent plus de 25 spécialités et forment des techniciens. Les IUP (instituts universitaires professionnalisés) proposent un cursus complet de professionnalisation. Les IAE (instituts d’administration des entreprises) dispensent des formations en management. Citons également les IEP (instituts d’études politiques), le DEUST (diplôme d’études universitaires, scientifiques et techniques), de niveau bac + 2, et la licence professionnelle , de niveau bac + 3.

Les grandes écoles

Les « grandes écoles », filières d’excellence, restent une tradition française un peu à part. Ces établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont indépendants des universités, même s’ils passent souvent des accords de partenariat avec elles. Les plus connues et les plus prestigieuses sont les écoles de commerce et d’ingénieurs, mais il en existe aussi dans le journalisme, la gestion des affaires publiques, l’art, le cinéma, etc. Elles accueillent beaucoup moins d’étudiants que les universités. HEC (École des hautes études commerciales) propose ainsi 380 places en première année et l’École supérieure de journalisme de Lille comprend au total 150 élèves. Ces établissements sont, par conséquent, très sélectifs... Les étudiants y entrent généralement sur concours ou dossier, après deux ou trois ans d’études en classe préparatoire aux grandes écoles (voir plus loin). La formation dure ensuite trois ans en moyenne (leur diplôme est donc reconnu à bac + 5) et reste fondée sur la pratique. Cependant, certaines écoles recrutent juste après le bac et proposent ensuite une formation en cinq ans. Il est également possible d’intégrer en troisième cycle.
Les grandes écoles sont habituées à recevoir des étudiants étrangers et signent de nombreux accords internationaux. Les écoles d’ingénieurs, par exemple, ont mis en place des concours spécifiques aux étudiants étrangers.

Les classes préparatoires aux grandes écoles

Elles durent deux ans après le bac et sélectionnent les meilleurs élèves de terminale sur dossier. Scientifiques, littéraires ou commerciales, elles délivrent un enseignement général préparant aux concours d’entrée des grandes écoles. Extrêmement bien encadrés, leurs élèves y vivent un véritable parcours initiatique leur permettant d’acquérir des méthodes de travail qui leur serviront toute leur vie. Revers de la médaille, certains élèves peuvent considérer que le rythme de travail y est trop élevé. Comptez trente-cinq heures de cours par semaine et autant de travail personnel pour préparer les devoirs, les interrogations orales, les examens blancs, etc. Les étrangers sont très peu admis en prépa.

Les formations courtes

En France, il existe des formations courtes en deux ans après le bac. Ce sont des filières professionnalisantes qui permettent d’entrer rapidement dans la vie active.
Le BTS (brevet de technicien supérieur) se prépare dans les STS (sections de technicien supérieur). On en recense 2100, publiques ou privées. Celles-ci recrutent sur dossier. Il existe des BTS dans tous les domaines, du commerce à l’informatique, en passant par l’esthétique-cosmétique ou la comptabilité. Comme le baccalauréat, le BTS est un examen national.
Le DUT (diplôme universitaire de technologie) est délivré par les 114 IUT (instituts universitaires de technologie) de France, tous rattachés à une université. Comme en BTS, il existe des DUT dans tous les secteurs. La sélection, qui consiste en l’examen du dossier scolaire, est très sévère. Certains établissements n’acceptent que les élèves qui ont eu une mention au baccalauréat. Les étudiants sont ensuite évalués par le biais d’un contrôle continu.
Malgré leurs indéniables atouts, la présence d’étudiants étrangers dans ces filières reste marginale. Seulement 3,6 % s’y inscrivent. Elles mériteraient pourtant d’être mieux connues…

Les écoles spécialisées

Qu’elles délivrent un enseignement dans le domaine du paramédical, de la communication, du tourisme ou encore des arts, les écoles spécialisées dispensent une formation pointue de deux à cinq ans. Elles constituent un passage obligé pour accéder à certaines professions, comme infirmier, éducateur spécialisé, architecte, etc.
Ici encore, les meilleures élèves sont sélectionnés. Mais, dans certains cas, les étudiants qui n’ont pas le baccalauréat peuvent poser leur candidature. Avant de vous inscrire, renseignez-vous bien sur la notoriété de l’école car, si certaines délivrent un diplôme d’État valorisé dans le monde du travail, d’autres remettent des diplômes non reconnus, y compris par les professionnels, et donc sans grande valeur. Privées, elles sont en outre très chères (jusqu’à 9000 € l’année)…

Les formations en anglais

Les cursus en anglais proposés en France (il en existe environ 300 selon CampusFrance) permettent aux étudiants étrangers qui ne parlent pas bien français mais qui ont envie d’étudier en France de suivre une formation internationale de qualité. Leurs diplômes sont valorisés et reconnus partout dans le monde.
Mis en place en 2004, le programme Erasmus Mundus permet d’obtenir à ce jour 80 masters reconnus par la Commission européenne, dans des domaines aussi variés que l’agriculture, les sciences sociales ou la médecine. Son principe : permettre aux jeunes participants d’étudier pendant un ou deux ans dans plusieurs établissements européens partenaires implantés dans différents pays. A la clé : un double, un triple (voire plus !) diplôme. Ces masters s’adressent aux étudiants originaires de tous les continents. Le recrutement se fait sur dossier. Quelque 6000 bourses sont accordées aux étudiants hors Union européenne et 4000 aux étudiants européens. Leur montant peut s’élever jusqu’à 21 000 € par an. Soixante-douze établissements français font partie du consortium Erasmus Mundus.
Les masters of science ont également le vent en poupe… Accréditées depuis 2002 par la Conférence des grandes écoles, ces formations s'adressent principalement aux titulaires d'un Bachelor (bac + 3) ou d'une maîtrise (bac + 4). Elles durent au moins trois semestres et incluent un travail personnel débouchant sur la soutenance d'un mémoire de recherche. La majorité des cours y sont dispensés en anglais. Ainsi, il n’est pas obligatoire de maîtriser le français pour être admis.
Enfin, il ne faut pas oublier les MBA (Master of Business Administration). Ceux-ci sont accessibles aux étudiants étrangers qui possèdent un bac + 3 et, parfois, une expérience professionnelle de deux ou trois ans. Les MBA s’adressent à des jeunes qui veulent avoir une formation complète en management et envisage d’occuper des postes à responsabilités.


Partagez vos expériences sur nos forums, ici.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Se renseigner et s’organiser à l’avance Les grandes filières d’études Intégrer l’université Les écoles d’ingénieurs Les écoles de commerce Les cours à la française Les équivalences de diplômes Quel niveau de français ? Comment être en règle ? Quel est le budget d’un étudiant ? Obtenir une bourse Se loger L’accueil des étrangers