1. Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter”

Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter”

Envoyer cet article à un ami

Après un bac S, Bilal s’inscrit en DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), pour devenir expert-comptable. Le DCG est enseigné en lycée. Pour lui, la transition entre lycée et enseignement supérieur s’est donc opérée en douceur.

Handicap : Bilal, en 2e année de diplôme comptabilité-gestion // © DR“À l'université, on m'avait dit qu'ils laissaient un peu tomber les élèves. En DCG, j'étais sûr d'être accompagné : je bénéficie toujours d'une AVS (assistante de vie scolaire), de l'adaptation des sujets, des cours sur informatique…”, se félicite l'étudiant, malvoyant.

Un bac en deux temps

Très bon dans les matières scientifiques, Bilal décide très tôt de se diriger vers la comptabilité. Pour lui faciliter la tâche, l'administration de son lycée l'autorise à passer son bac en deux fois (en juillet et en septembre). Mais lors du choix de son orientation, en milieu de terminale, il doit se battre pour obtenir ce qu'il veut. L'équipe de suivi scolaire le pousse plutôt vers la fac de droit.

“À cause de mes problèmes de vue, il était difficile de m'imaginer comptable, alors qu'une grande partie du travail consiste à réaliser des tableaux !”

L'entrée en DCG est une victoire personnelle pour ce jeune handicapé d'origine turque, arrivé il y a 10 ans en France. Le DCG, diplôme d'expert-comptable qui se prépare en 3 ans, est très sélectif. L'entrée se fait sur dossier : “C'est un peu comme une prépa : il y a 1.600 demandes et ils ne sélectionnent qu'une seule classe !”

Un stage en audit financier

Accompagné par la mission handicap du cabinet Deloitte et par la FEDEEH, Bilal a déjà effectué un stage de 1 mois dans le domaine de l'audit financier. Une expérience très formatrice : il y retournera pour son deuxième stage, en juin 2014. Son but pour les années à venir ? Obtenir un master CCA (contrôle comptabilité, et gestion) expert-comptable.

Ses conseils ? Ne pas focaliser sur son handicap. “Tentez le coup : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter. On ne perd rien en essayant…”

À consulter aussi

HANDICAP ET ÉTUDES
- Handicap et université : un accompagnement personnalisé.
- Des référents handicap dans les écoles.
- Spécial handicap : toutes nos offres de stages.
- Élèves handicapés : cap sur les collèges ordinaires.
- Université d'Orléans : volontaire pour aider les étudiants handicapés.
- Témoignage - François, ingénieur : comment concilier études et handicap.
- Chat vidéo "Étudiants en situation de handicap : l'alternance, un tremplin vers l'emploi" : l'Etudiant a répondu à vos questions. 

HANDICAP ET EMPLOI
- Emploi : les entreprises en quête de jeunes diplômés handicapés.
- Testez vos idées reçues sur le handicap au travail.
- Jeunes diplômés handicapés, comment cibler votre recherche d'emploi.
- Travailleurs handicapés, quels sont vos droits en entreprise ?
- Handicap et emploi : les conseils de salariés pour postuler.
- Handicap et emploi : savoir convaincre.

Pour aller plus loin : Handicapés au lycée : aménagement des études et du déroulement du bac / Lycéen et handicapé : "Je suis le moteur de la classe" / Études et handicap : le coup de pouce des entreprises / Jeunes diplômés handicapés : comment cibler votre recherche d'emploi / Élèves handicapés : cap sur les collèges ordinaires / Handicap : poursuivre ses études après le bac

Sommaire du dossier
Retour au dossier Handicap au collège ou au lycée : prenez confiance en vous Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants” Étudiant et handicap : profitez des aides et aménagements Jason, étudiant en BTS comptabilité : “Il faut oser défier le monde de l’école” Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter” Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort” Thibaud, étudiant à l’EM Strasbourg : “J’ai toujours essayé de prendre mon handicap comme une chance” Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”