1. L'actu du sup : les études d'orthophonie en chantier, de trop chères études en kiné, un "bébé" pour Kedge et l'ISEN
En bref

L'actu du sup : les études d'orthophonie en chantier, de trop chères études en kiné, un "bébé" pour Kedge et l'ISEN

Envoyer cet article à un ami
L'actu du sup : ça bouge dans l'enseignement supérieur. // © absurd.design
L'actu du sup : ça bouge dans l'enseignement supérieur. // © absurd.design

Chaque semaine, l'Etudiant met un coup de projecteur sur les nouveautés de l'enseignement supérieur. Au programme : la réforme du cursus en orthophonie, la précarité financière des étudiants kinés et un double diplôme Kedge-ISEN.

Quoi de neuf dans l'enseignement supérieur ? Cette semaine, l'Etudiant met un coup de projecteur sur la réforme en cours des études d'orthophonie, l'étude de la FNEK (Fédération nationale des études en masso-kinésithérapie) sur le bien-être des étudiants et leur précarité financière et un diplôme d'ingénieur hybride né d'un partenariat entre Kedge Business School et l'ISEN Yncrea Méditerranée.

2020, année de transition en orthophonie

Une réforme de l’accès aux études d’orthophonie est engagée. Les épreuves écrites et orales laisseront place, à partir de la rentrée 2020, à un dossier de candidature unique couplé à un oral. Toutefois, les modalités d’admission précises n’ont pas encore été actées. "Le ministère de la Santé ne communique pas de façon officielle et claire", déplore Gaëlle Lancelle-Chollier, vice-présidente chargée de la formation initiale, de la recherche et de l’accès à la vie professionnelle à la FNO (Fédération nationale des orthophonistes). L’année 2020 sera une année de transition, avec deux modalités d’accès différentes. Le concours historique sera maintenu dans certains centres de formation alors que d’autres pourront déjà opter pour le nouveau modèle. Si la réforme fait consensus chez les professionnels, ils s’opposent à cette période de transition, qui va générer "des inégalités de traitements pour les candidats. Nous aurions préféré un passage direct dans tous les centres de formation au nouveau modèle", reprend-elle.

Kinés : vos chères études

Pas toujours facile pour tous les étudiants en masso-kinésithérapie de s’acquitter de leurs frais de scolarité… Ceux-ci peuvent aller de 170 € à 9.250 € l'année en fonction de leur établissement. À cela s’ajoutent les frais de la vie quotidienne. C’est ce qu'indique une étude de la FNEK (Fédération nationale des étudiants en masso-kinésithérapie) qui vient d’être publiée. Résultats : 25 % d'entre eux sont obligés d’avoir recours à un prêt étudiant. 51 % estiment que leur situation financière s’est dégradée depuis leur entrée en formation. Et un quart s’estime "tout le temps” à "souvent" en difficulté financière. "Ce qui est encore plus flagrant lorsque l’on compare cette problématique au montant des frais de scolarité. Plus ils augmentent, plus les étudiants s’estiment en difficulté financière fréquemment", insiste la FNEK.

Kedge et l’ISEN lance un diplôme d’ingénieur hybride

En partenariat avec l’ISEN Yncrea Méditerranée à Toulon, Kedge Business School va développer trois diplômes combinant l’ingénierie numérique et des compétences managériales, dont un diplôme d’ingénieur accessible aux étudiants de son PGE (Programme Grande École). Cette formation hybride, qui sera accréditée par la CTI (Commission des titres d’ingénieurs), se déroulera pendant l’année de césure (entre la 2e et la 3e année du PGE). Dans un premier temps, elle devrait accueillir une trentaine d’étudiants de Kedge d’ici 2020.