L’Industreet, l’école qui met l’industrie à la portée de tous

publié le 12 Octobre 2020
3 min

Destiné à former des jeunes aux métiers de l’industrie du futur, le campus L’Industreet ouvrira ses portes à Stains, à l’automne 2020. Ces formations 100 % gratuites ont pour objectif d’apporter une réponse concrète au décrochage scolaire.

Soutenu par Total Foundation dans le cadre de son engagement en faveur de la formation et de l’emploi des jeunes, l’ambitieux projet du campus L’Industreet prendra forme à l’automne prochain. Basé à Stains, en Seine-Saint-Denis, ce centre de formation sera dédié aux nouveaux métiers de l’industrie 4.0.

Premier atout ? Sa gratuité. D’autant plus que ni profil type ni diplôme ne sont requis. L’Industreet souhaite en effet attirer des jeunes avec ou sans qualification, âgés de 18 à 25 ans. Ces « décrocheurs » motivés à l’idée de trouver leur voie au cœur d’un écosystème dédié.

Une pédagogie innovante

Pour ce faire, ce campus, situé à 20 minutes de Paris en transport en commun, sera entièrement équipé. Conçu comme un véritable lieu de vie, il accueillera dans ses 11 000 m2 une halle flexible, un espace d’exposition pour découvrir les technologies de l’industrie du futur, des espaces pour les travaux en groupe, mais aussi une résidence étudiante et des équipements sportifs.

Centrée autour de l’apprentissage par les pairs, une pédagogie innovante rythmera le cursus, d’une durée de 12 à 18 mois. Du « faire pour apprendre » au mode projet en passant par la pédagogie inversée et le peer learning, les étudiant(e)s seront formé(e)s aussi bien sur la théorie que sur la pratique. Sans oublier les stages immersifs et l’acquisition des compétences comportementales, ces fameux soft skills essentiels en entreprise. À signaler également qu’il sera possible d’intégrer L’Industreet à tout moment. Les entrées, comme les sorties, y seront souples et permanentes.

Motivation et curiosité

Alors que les préinscriptions ont débuté sur le site internet de l’école, L’Industreet espère attirer autant de filles que de garçons afin de vaincre les préjugés qui perdurent. La sélection se fera au vu de la motivation et de la curiosité affichée pour les métiers de l’industrie. Au total, le campus prévoit de former une centaine de jeunes la première année et, à terme, près de 400 apprenant(e)s par an.

Par le biais d’un parcours personnalisé, ces derniers auront le choix entre cinq filières et neuf métiers parmi les plus en pointe de l’industrie tels que les lignes de production automatisées, la numérisation des installations industrielles et les terminaux de distribution d’énergie. Des secteurs qui recrutent massivement.

En fin de cursus, un certificat professionnel reconnu par l’État, d’une équivalence bac à bac+2 selon la formation suivie, sera délivré. L’objectif étant que 100 % des jeunes aient un projet professionnel abouti à l’issue de la formation.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !