1. Supérieur
  2. Licence professionnelle
  3. Licence professionnelle : comment elle a boosté leur CV
  4. Jérôme : “Ma licence pro radioprotection et sûreté nucléaire m’a offert une hyperspécialisation”
Témoignage

Jérôme : “Ma licence pro radioprotection et sûreté nucléaire m’a offert une hyperspécialisation”

Envoyer cet article à un ami
Jérôme, titulaire d'une licence pro radioprotection et sûreté nucléaire // © DR
Jérôme, titulaire d'une licence pro radioprotection et sûreté nucléaire // © DR

Aujourd’hui, Jérôme, 26 ans, est contrôleur réglementaire en radioprotection au Cerap, à Saclay (91). Ce qui l’y a mené ? Suivre une licence professionnelle radioprotection et sûreté nucléaire en 2010-2011, après un DUT HSE.

Pourquoi il a décidé de faire une licence pro

“Plus jeune, je m'imaginais poursuivre une carrière d'officier de sapeurs-pompiers. Mais, après un bac ES [économique et social, NDLR] et une année d'histoire, je me suis finalement inscrit en DUT HSE [diplôme universitaire de technologie hygiène, sécurité et environnement] à l'IUT [institut universitaire de technologie] du Limousin, sur le site de Tulle [19].”

“Au cours d'un projet de deuxième année où il était question du nucléaire dans la région, j'ai découvert la radioprotection et l'application nucléaire dans l'industrie et la recherche. Ce domaine, que je ne connaissais absolument pas, m'a totalement conquis. Pour me spécialiser, j'ai postulé dans 3 formations à dominante nucléaire, à Strasbourg [67], à Lyon [69] et à La Ciotat [13], où j'ai été retenu.”

Comment il a été sélectionné

“Sélectionné sur dossier, j'ai passé un entretien avec le responsable de la licence professionnelle radioprotection et sûreté nucléaire. Comme j'avais déjà trouvé une entreprise en alternance, il y avait de grandes chances pour que je sois retenu.”

“J'avais démarché de grands groupes comme EDF ou Areva pour solliciter un contrat d'apprentissage, mais c'est le centre de Valduc du Commissariat à l'énergie atomique qui a retenu ma candidature. J'ai passé un entretien avec un responsable des ressources humaines, et un second avec mon futur tuteur. Puis j'ai été embauché comme technicien HSE. Mes missions d'apprenti : créer et mettre en place un outil de formation et d'évaluation pour le personnel.”

Comment s'est déroulé l'après

“Diplômé en août 2011, j'ai été très satisfait de cette année hyperspécialisante et de ma première expérience professionnelle. Mais, restrictions budgétaires obligent, aucun emploi ne m'a été proposé après mon apprentissage.”

“Pendant 4 mois, j'ai pointé au chômage, avant d'être recruté, en janvier 2012, directement en CDI, par le Cerap [Conseil et étude en radioprotection], comme responsable sécurité environnement, sur la centrale de Nogent-sur-Seine [10]. Depuis janvier 2014, je suis rattaché à l'agence commerciale de Saclay. Mon travail : du contrôle réglementaire en radioprotection, des mesures, des études de postes, des dossiers pour l'autorité de sûreté nucléaire, des audits... Toutes ces choses apprises grâce à ma licence.”

Pour aller plus loin : Licences pro : pourquoi, comment, pour qui ? / Secteur par secteur : les licences pro qui vous garantissent un emploi / Licences pro : insertion professionnelle garantie / Quelles sont vos chances de réussite en licence pro ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Jérôme : “Ma licence pro radioprotection et sûreté nucléaire m’a offert une hyperspécialisation” Dyennifer : “Ma licence pro acheteur industriel m’a permis de continuer jusqu’à bac+5” Adrien : “Ma licence pro commercialisation à l’international des vins et spiritueux m’a ouvert une carrière à l’international” Eugénie : “Ma licence pro en commerce m’a apporté une double compétence” Shannon : “Ma licence pro management et droit du transport maritime a accéléré mon entrée sur le marché du travail”