1. Licences pro : insertion professionnelle garantie
Coaching

Licences pro : insertion professionnelle garantie

Envoyer cet article à un ami

Comptant aujourd'hui plus de 2.000 spécialités, les licences professionnelles n'en finissent pas de prouver leur efficacité sur le marché de l’emploi. Zoom sur les raisons de ce succès et illustration avec quatre secteurs particulièrement porteurs.

Une formation universitaire en prise directe avec les entreprises locales, un encadrement et une pédagogie assurés à la fois par des enseignants-chercheurs et des professionnels dans les spécialités concernées, une large place donnée à la pratique en entreprise : tels sont les ingrédients du succès des licences professionnelles. Il en existe actuellement plus de 2.000 en France qui, chaque année, forment environ 48.000 étudiants, tous assurés d'une bonne insertion sur le marché de l'emploi. Pour quelles raisons ? Explications en neuf points.

 
1. Un cursus pour des profils variés

 

Toutes les licences professionnelles sont accessibles aux bac+2. Une majorité des étudiants se portent candidats après un BTS (brevet de technicien supérieur) ou un DUT (diplôme universitaire de technologie). On peut aussi y accéder après une deuxième année de licence classique. C'est d'ailleurs une voie de réorientation prisée par les étudiants qui, après deux années de licence générale (niveau L2, donc), souhaitent se professionnaliser rapidement. Les licences pro acceptent aussi des étudiants pour des reprises d'études,notamment après une validation des acquis professionnels.


2. Une licence pour un métier

La licence pro, d'une durée d'un an, permet de se spécialiser dans presque tous les secteurs d'activité, de l'agriculture à l'informatique en passant par le commerce, la banque, l'industrie, les arts appliqués, le tourisme ou bien encore le social. C'est un diplôme national reconnu à bac+3 – comme la licence générale – qui a pour vocation de former à un métier précis lié aux besoins des entreprises,le plus souvent implantées localement.


3. Une voie sélective, pour candidats motivés

Quelle que soit la licence pro, la sélection se fait sur dossier : en plus des résultats scolaires, les enseignants se déterminent surtout à partir du projet professionnel détaillé dans la lettre de motivation du candidat. Les stages effectués leur permettent aussi de juger de son profil. Parfois, la sélection passe par des tests complémentaires ou un entretien de motivation.
  

4. Une formation pratique et encadrée
  

Ce diplôme se prépare dans un IUT (institut universitaire de technologie), un département d'université, un CFA (centre de formation d'apprentis) ou, plus rarement, dans un lycée. Le contenu de la formation est élaboré par des enseignants et des professionnels. Il est réadapté en principe chaque année. Au total, environ un tiers des enseignements sont assurés par des intervenants extérieurs.Les cours sont obligatoires. Ils ne réunissent pas plus d'une trentaine d'étudiants et le programme inclut un stage long, de 12 à 18 semaines.

 
5. Des enseignements appliqués à la vie professionnelle

 

Il n'est pas rare que les étudiants enchaînent 35 heures de cours par semaine, plus le travail personnel.La scolarité comprend des enseignements transversaux (langues, culture générale, informatique...) et des cours axés sur la vie professionnelle, dont de nombreux TP (travaux pratiques).

 
6. Des poursuites d'études possibles, quand même !

 

À la différence de la licence générale, la licence pro est conçue pour une insertion directe et non pour poursuivre vers un master, une école de commerce ou encore une école d'ingénieurs (à bac+5). Si, après un bac+2, vous envisagez des études à bac+5, mieux vaut donc éviter la licence professionnelle. Malgré cet objectif de principe, environ 20 % des diplômés de licence pro poursuivent leurs études.Rien ne vous en empêche si vous êtes admis dans une formation qui recrute à bac+3 !

 
7. L'atout de l'alternance

 

Environ un tiers des licences pro peuvent être préparées en alternance(notamment dans l'informatique, le commerce, la gestion et l'industrie). Vous travaillez un an dans une entreprise comme apprenti (en étant rémunéré) tout en suivant les cours à l'université.

 
8. Des débouchés quasi assurés

 

L'insertion professionnelle est la grande force de ces formations. Trois ans après l'obtention de leur licence pro, 88 % des di­plômés de 2007 occupaient un emploi, dont 78 % en CDI (contrat à durée indéterminée), avec 19 % de cadres et 59 % de professions intermédiaires, selon la dernière enquête d'insertion du Céreq, en 2010. En outre, la part des diplômés travaillant à temps partiel est faible,même à l'issue des filières tertiaires. La meilleure insertion concerne les diplômés du génie civil et de la construction, avec un taux de chômage de 3 % !


9. Un plus par rapport au bac+2

Par rapport à un diplômé à bac+2, la valeur ajoutée d'une licence pro est donc la spécialisation et l'expérience professionnelles. Cela se traduit à l'embauche par le niveau de responsabilités et de revenus ! Le salaire net médian à l'issue d'une licence pro s'élevait en 2010 à 1.620 € par mois, un niveau supérieur à celui des bac+2 (+120 € par rapport aux DUT et +220 € par rapport aux BTS).

Sommaire du dossier
Une licence pro en commerce et gestion : pour additionner les compétences Une licence pro en informatique : pour s’adapter à un secteur en mutation Une licence pro en technologies industrielles : pour approfondir une spécialisation Une licence pro en sciences de la Terre : pour allier connaissances technologiques et environnementales