1. 5 bonnes raisons de devenir ostéopathe
Décryptage

5 bonnes raisons de devenir ostéopathe

Envoyer cet article à un ami
Le travail de l'ostéopathe sur le corps se fait de façon douce. // © Phovoir
Le travail de l'ostéopathe sur le corps se fait de façon douce. // © Phovoir

Vous souhaitez soigner par des manipulations en privilégiant une approche globale du corps ? Le métier d'ostéopathe est sûrement fait pour vous. Voici cinq raisons supplémentaires de vous en convaincre.

1. Vous exercerez un métier manuel

L'ostéopathie est une discipline qui consiste à manipuler le système musculo-squelettique du patient pour le soulager de douleurs et de maux variés : mal de dos, troubles musculaires ou articulaires, ou encore problèmes digestifs. L'ostéopathe soigne toutes ces pathologies uniquement avec ses mains en exerçant des manipulations. Il interroge le patient sur ses troubles et établit un diagnostic en palpant les différentes parties de son corps. Il intervient en complément d'autres professionnels de santé, médicaux et paramédicaux. 

2. Vous travaillerez dans un secteur qui a le vent en poupe

"La demande de consultations est croissante", constate le Registre des ostéopathes de France, un organisme professionnel qui suit la démographie des praticiens. Si la Sécurité sociale ne rembourse pas les séances d'ostéopathie qui ne sont pas dispensées par un ostéopathe-médecin, les mutuelles de santé prennent de plus en plus en charge ce type de soins. Attention : il existe un risque de saturation du marché. Le nombre de praticiens est ainsi passé de 11.600 en 2009 à plus de 26.220 en 2017.

Lire aussi : Êtes-vous fait(e) pour être ostéopathe ?

3. Vous aurez un titre reconnu, le diplôme d'ostéopathe

Depuis 2002, l'ostéopathe est un professionnel de santé reconnu et diplômé au terme d'un parcours de cinq ans d'études spécifiques après le bac. Pour obtenir le DO (diplôme d'ostéopathe), vous devrez en effet suivre une formation dans une école agréée par le ministère de la Santé. Sachez qu'il existe une filière réservée aux médecins généralistes ou spécialistes dispensée dans 15 facultés de médecine. Elle se prépare en deux ou trois ans (à Paris, l'hôpital Pitié-Salpétrière) et s'intitule diplôme interuniversitaire de médecine manuelle-ostéopathie.

4. Vous pourrez vous mettre à votre compte

Le métier d'ostéopathe est le plus souvent exercé à titre libéral, soit individuellement, soit dans une société. La majorité des jeunes diplômés s'installent à leur compte dans un cabinet privé, sous le régime de microentrepreneur. Avec la hausse du nombre de formations et donc de diplômés, la plupart des zones géographiques sont saturées. Un quart des ostéopathes gagnent un revenu inférieur au SMIC. Vous pouvez pratiquer dans le secteur hospitalier ou comme assistant d'un ostéopathe.

Lire aussi : 5 critères pour bien choisir son école d'ostéopathie

5. Vous interviendrez dans le monde du sport ou de l'entreprise

Un ostéopathe est amené à travailler en tant que libéral ou salarié dans des structures autres que le cabinet privé : hôpital public ou privé, club sportif, centre de bien-être, maisons d'accueil de personnes âgées... Les grandes entreprises font parfois aussi appel à ces professionnels dans le cadre de leur politique de prévention et de santé au travail : il peut s'agir de soulager des salariés à leur poste ou de missions de conseil et de formation (ergonomie, posture, hygiène et sécurité...). Vous serez alors rattaché au responsable du service concerné et pratiquerez dans une équipe pluridisciplinaire.

Se former au métier

La voie d'accès au métier est une école agréée par le ministère de la Santé. On en recense 31 proposant plus de 11.000 places chaque année et diplômant 2.200 jeunes professionnels. Ces formations privées dispensent un cursus en cinq ans après le bac. Les étudiants doivent suivre 4.860 heures de formation dont 1.500 heures de pratique clinique encadrée, incluant 150 consultations complètes et validées. Une procédure de dispense de certains enseignements existe pour prendre en compte le parcours antérieur de certains étudiants, notamment des diplômés de médecine ou des masseurs-kinésithérapeutes. Le cursus est alors un complément de leur discipline d'origine. L'agrément des écoles est délivré pour une durée de cinq ans au maximum.