1. « À Antémed, j’ai pris confiance en moi »
Partenariat

« À Antémed, j’ai pris confiance en moi »

Envoyer cet article à un ami
 // © Antemed
// © Antemed

De bonnes méthodes de travail, des connaissances solides et de la confiance en soi : voilà ce qu’a apporté Antémed à Anna P., aujourd’hui étudiante en deuxième année de médecine à l’université Paris-6 Sorbonne. Récit.

Quand elle voit le chemin parcouru depuis la première fois qu'elle a poussé la porte d’Antémed, Anna P., 19 ans, a de quoi être fière. L’année dernière, la jeune étudiante de l’université Paris 6 Sorbonne a réussi sa première année de médecine du premier coup, en arrivant troisième au concours. Une belle réussite, fruit d’une préparation sur deux années.

De la prépa médecine en terminale à la prépa PACES

La jeune femme a commencé à suivre la prépa Antémed pendant son année de terminale, avec quatre heures de cours tous les dimanches matin. Au fur et à mesure de l’année, « je me suis fait des amis ; l’ambiance était très sympa et on avait de super-profs, glisse-t-elle. Un cadre rassurant pour moi qui suis plutôt de nature anxieuse. »

Puis, c’est le saut dans le grand bain : l’arrivée en première année de médecine. Entre l’absence de contact avec les enseignants, les cours sous forme de diaporamas et la compétition entre étudiants, Anna a l’impression de débarquer dans un environnement plutôt hostile. « Les premières semaines, j’étais assez déprimée, confie-t-elle. Quand je voyais tout le monde autour de moi dans l’amphi, je ne pensais pas avoir les capacités de réussir. »

Mais Anna est déterminée et elle s’accroche. À côté des cours à la fac, elle se rend à la prépa en moyenne 8 heures par semaine. « Les profs d’Antémed faisaient en sorte qu’on ait beaucoup de cours pour comprendre les matières vues en amphi  », se souvient-elle. Dans le cadre de la prépa, la jeune femme se sent en confiance pour poser des questions aux professeurs.

Méthodologie, efficacité et confiance en soi

Elle apprécie aussi l’esprit d’entraide qui règne parmi les étudiants. D’ailleurs, certains d’entre eux sont devenus des amis qui ont intégré la même promotion qu’elle. À Antémed, les encouragements des professeurs sont également un précieux soutien. « On avait un prof de biologie cellulaire qui réussissait bien à remotiver les troupes en fin de semaine en partageant des situations qu’il avait vues », se souvient l’étudiante.

Au-delà des connaissances enseignées, l’apprentissage de solides méthodes de travail est un vrai atout pour Anna. « Sur une journée de révision, j’ai appris à séparer des plages horaires de travail, en étudiant une matière 2 heures à chaque fois. Cela permet d’être beaucoup plus efficace. » Au fil du temps, l’étudiante s’est rendu compte que la prépa lui avait apporté une chose qu’elle n’avait pas anticipée : la confiance en soi. « Au début de la fac, j’avais déjà un an de prépa derrière moi, avec des matières déjà vues, explique-t-elle. Et puis, petit à petit, on prend confiance, car on se dit qu’il y a des matières que l’on maîtrise. »

Curieuse, la jeune femme ne sait pas encore vers quelle spécialité elle se tournera. « Tout m’intéresse ! », sourit-elle. Pour cette raison, Anna attend avec impatience de réaliser ses premiers stages, d’ici à la fin de l’année.