Cinq infos à savoir sur la réforme des études de santé

Par Pauline Bluteau, publié le 21 Septembre 2021
5 min

L'année dernière, 45.000 étudiants ont inauguré la réforme des études de santé. Exit la PACES, remplacée par les PASS et les L.AS pour intégrer une des filières MMOP (médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie). Pour ceux qui seraient (légèrement) passés à côté, retour sur ce qu’elle a changé et ce qu’elle implique pour les promotions à venir.

La réforme du premier cycle (jusqu’à bac+3) des études de santé est encore toute neuve. Mais dès sa mise en place à la rentrée 2020, l’intérêt pour les filières médicales ne s’est pas démenti : 45.000 étudiants se sont inscrits en PASS ou en L.AS. Sans compter les quelque 15.000 derniers étudiants en PACES qui avaient alors pu échapper à la réforme. Cette année, pour de bon, fini l’ancien système. Voici les cinq infos nécessaires pour vous y préparer.

Lire aussi

1. La fameuse PACES supprimée

La première année commune aux études de santé (PACES) fait désormais partie de l’histoire ancienne. L’unique voie pour entrer en deuxième année de médecine, maïeutique, odontologie ou pharmacie (MMOP) laisse place à deux nouvelles formations : le PASS (parcours spécifique "accès santé") et la L.AS (licence avec option "accès santé").

À la différence de leur prédécesseure, PASS et L.AS proposent de suivre des cours en santé ainsi que dans une autre discipline à part entière.

2. Des étudiants pluridisciplinaires en PASS et L.AS

Car l’objectif de cette réforme est justement d’attirer des profils d’étudiants assez différents. Si la PACES favorisait davantage les scientifiques, les PASS et les L.AS, avec la réforme du bac et un tout nouveau choix de spécialités en prime, semblent moins intransigeantes.

Au contraire même, vous avez l’opportunité de choisir une autre discipline (mineure en PASS et majeure en L.AS) ayant plus ou moins de rapport avec la santé. Ce peut être aussi bien des sciences de la vie et de la Terre, de la physique-chimie, de la psycho, des sciences de l'éducation ou encore des langues étrangères, de la philosophie, du droit, de la musique… Vous avez une cinquantaine de choix possibles, en fonction de ce que proposent les universités (rendez-vous sur Parcoursup pour en savoir plus).

Lire aussi

3. La fin du numerus clausus

En plus des parcours PASS et L.AS, la réforme acte aussi une nouvelle méthode de sélection en fin de première année d'études de santé. En effet, avec la PACES s’éteint aussi le numerus clausus. Ce chiffre, qui fixait chaque année le nombre exact d’étudiants admis en deuxième année d’études de santé, disparaît… au profit du numerus apertus.

Ce dernier fixe les capacités d’accueil dans chaque université mais comme son nom l’indique, il se veut plus "ouvert". Désormais, ce sont les établissements qui établissent le nombre de places en deuxième année d'études de santé sur cinq ans. Ils sont aussi libres de le faire fluctuer d’une année sur l’autre. Vous l’aurez compris, le nom change mais la sélection reste rude.

4. Un nouvel accès aux études de santé sans concours

Plus précisément, il n'y a plus de concours en fin d'année. Le PASS et la L.AS fonctionnent vraiment comme une année de licence. Vous passerez donc vos partiels à la fin du premier puis du second semestres.

Et ce sont vos notes de partiels qui établissent votre classement final. Un classement décisif où les premiers sont directement admis en deuxième année dans les filières MMOP. Les autres passeront des épreuves orales en juin pour la deuxième session. Les modalités varient en fonction des universités.

Lire aussi

5. Une poursuite d’études facilitée après un PASS ou une L.AS

Et pour ceux qui n’obtiendront pas de place en deuxième année de santé dès la fin de leur PASS ou de leur première année de L.AS, la poursuite d’études reste possible. En effet, après un passage en PASS, pas de redoublement, direction une deuxième année de L.AS. Idem pour les L.AS 1. Tous les étudiants peuvent se présenter deux fois aux examens pour intégrer les filières MMOP.

Ceux qui ne passent pas la sélection ne seront pas lésés. Ils pourront poursuivre leur cursus jusqu'en L.AS 3 pour valider leur licence en trois ans et/ou se réorienter plus facilement grâce à la validation de leurs crédits ECTS qui attestent de votre niveau d'études.

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !