1. Comment devenir naturopathe ?
Partenariat

Comment devenir naturopathe ?

Envoyer cet article à un ami
 // © Adobe Stock
// © Adobe Stock

Troisième médecine traditionnelle pratiquée dans le monde, la naturopathie séduit de plus en plus de jeunes étudiants en Europe. Jusqu’ici, aucune formation française post-bac ne leur était proposée. Désormais, les aspirants naturopathes pourront se former pendant cinq ans et acquérir de solides compétences pour exercer leur futur métier. Frédéric Bourgogne, directeur d’ISOstéo Naturo Lyon (l’école ouvrira ses portes en septembre 2020), nous explique les grandes voies d’accès au métier de naturopathe.

Qu’est-ce que la naturopathie ?

Étymologiquement, le mot « naturopathie » vient de l’anglais « nature » et « path » qui signifient « le chemin de la nature ». Cette appellation a été enregistrée pour la première fois aux États-Unis, en 1902, par Benedict Lust. Pour Frédéric Bourgogne, on pourrait résumer le métier ainsi : «  Le naturopathe est un thérapeute qui soigne avec la nature afin que le patient retrouve un équilibre de santé. » La naturopathie repose sur une approche holistique du patient, c’est-à-dire que le naturopathe va l’analyser dans son ensemble, tant d’un point de vue physiologique, psychologique et environnemental qu’énergétique.

Son objectif est de maintenir l’équilibre du corps (principe d’homéostasie) afin d’éviter l’apparition de troubles et de déséquilibres. La plupart du temps, les personnes consultent pour ces motifs, car elles souffrent de symptômes qui les gênent au quotidien.Sont exclues du champ d’intervention les pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agent physique et que le naturopathe apprend à détecter afin de réorienter le patient. « En ce sens, nous agissons sur la prévention primaire, mais aussi secondaire, c’est-à-dire que nous informons notre patient des risques qu’il encourt s’il persiste dans ses mauvaises habitudes de vie », explique Frédéric Bourgogne.

La consultation naturopathique se déroule en plusieurs phases sur une ou plusieurs séances durant lesquelles le naturopathe questionne le patient (l’anamnèse) et réalise un examen clinique pour établir un diagnostic naturopathique. Puis il propose au patient un Programme d’hygiène vitale individualisé (PHVI) et suit la réalisation de ce PHVI par le patient. Le PHVI peut inclure des soins traditionnels comme l’hygiène alimentaire et neuropsychique (relaxation, par exemple) ou encore des techniques respiratoires et de l’exercice physique.

Quelles sont les qualités pour devenir un bon naturopathe ?

Outre son envie de soigner et son amour pour la nature, le naturopathe doit faire preuve d’une réelle qualité d’écoute (empathie), d’une intelligence structurée et rationnelle et d’une disponibilité pour accompagner les patients. « Je dirais donc que ses qualités fondamentales consistent à soigner et aider ses patients dans la réalisation de leur PHVI afin qu’ils améliorent leur état de santé et leur bien-être et donc leur vie quotidienne », complète Frédéric Bourgogne.

Quelles formations sont proposées pour accéder au métier ?

Les formations professionnelles ou continues

Jusqu’alors, aucune formation n’était dispensée en post-bac. Il existe des formations professionnelles ou continues, sur de courtes durées (maximum 1 200 heures), dont certaines à distance. «  De ce fait, le public concerné est composé de professionnels de santé qui souhaitent enrichir leur pratique ou tout autre public qui se forment pour un épanouissement personnel », observe Frédéric Bourgogne, qui est également cofondateur du centre de formation Naturilys. Ainsi, seuls 12 à 13 % des participants s’installent en activité libérale lorsqu’ils sortent de la formation, car n’ayant soigné aucun patient durant celle-ci, ils sont dans l’incapacité de pratiquer.

L’unique formation post-bac (bac + 5)

Parallèlement, on observe un intérêt grandissant des jeunes vers une pratique médicale non conventionnelle et traditionnelle : ostéopathie, énergétique, etc. et on constate que les formations courtes ne sont pas forcément adaptées à leurs attentes et la responsabilité d’une telle prise en charge.C’est à ce public de jeunes et de bacheliers que souhaite s’adresser ISOstéo Naturo, qui sera la première école française post-bac de naturopathie. ISOstéo Naturo ouvrira en septembre 2020 sur le campus Lyon Ouest Écully et dispensera un enseignement supérieur de niveau bac + 5 (recrutement sur dossier, tests d’aptitude et entretien avec le directeur). Avec plus de 4 000 heures d’études, l’objectif d’ISOstéo Naturo sera de donner à l’étudiant un solide socle théorique avec des connaissances poussées en sciences fondamentales et sémiologies (1 000 heures de cours), mais aussi des connaissances pratiques avec des travaux dirigés (2000 heures) et une réelle pratique clinique naturopathique (1 000 heures) avec la réalisation par l’étudiant de 150 consultations naturopathiques complètes et validées.

Quelle reconnaissance par l’État ?

Si la naturopathie est reconnue par l’OMS, en revanche, aucune formation n’est validée en France par un diplôme d’État. ISOstéo Naturo est un établissement d’enseignement supérieur privé et les frais de scolarité école sont à la charge des étudiants (il faudra compter par exemple 7 900 euros par an pour une année d’études à ISOstéo Naturo). « Notre objectif avec un enseignement à bac + 5 est une insertion réussie de nos diplômés, ce qui nous permettra de demander l’inscription auprès de France compétences du diplôme d’ISOstéo Naturo RNCP niveau 7 », explique notre interlocuteur.

Le métier de naturopathe : quels débouchés ?

Une installation en tant que naturopathe libéral, par l’ouverture de son propre cabinet ou en centre de naturopathie, pour réaliser dans les trois années qui suivent l’obtention du diplôme de naturopathe – 1 000 consultations naturopathiques par an, pour un objectif de rémunération annuelle moyenne de 36 000 euros (soit 3 000 euros par mois) Pour Frédéric Bourgogne, il est important de préciser «  que l’on peut vivre, et même bien vivre, du métier de naturopathe ».

En savoir + :
https://naturo.isosteo.fr

Liens utiles :
– Ministère de la Santé (pratiques de soins non conventionnels) : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/qualite-des-soins-et-pratiques/securite/article/les-pratiques-de-soins-non-conventionnelles/
– OMNES (Association professionnelle des naturopathes) : https://www.omnes.fr/