Coronavirus : les candidats à la filière orthophonie "dévastés" après la suppression du concours

Par Mersiha Nezic, publié le 31 Mars 2020
5 min

Les concours d’accès aux formations paramédicales (orthophoniste, audioprothésiste, ergothérapeute…) sont remplacés par un examen des dossiers académiques des candidats via Parcoursup. Face à l'épidémie du coronavirus, le ministère de l’Enseignement supérieur a bouleversé les règles du jeu. Mais dans une pétition qui vient d'être lancée, les étudiants qui aspirent à rejoindre la filière orthophonie demandent un report du concours pour être "jugés sur le travail intense d’une année".

3% des candidats admis en 2019. La sélection pour intégrer les études d’orthophonie (le professionnel de santé qui rééduque les troubles de la parole, ndlr) est démentielle. Comme la majorité des candidats, Lauricia, une étudiante Toulonnaise de 19 ans, s'est jetée dans la bataille en suivant une année en classe préparatoire au concours. Elle a dû se rendre tous les jours à Marseille, à une soixantaine de kilomètres de chez elle. "Je me levais à 5 heures du matin. L’année précédente, j'avais travaillé au McDo pour pouvoir payer la préparation, 3.700 euros."

"J'ai l'impression d'avoir perdu deux ans"

Mais le couperet tombe, le 26 mars dernier. On apprend que les concours d’accès aux formations paramédicales (orthophoniste, audioprothésiste, ergothérapeute…) sont remplacés par un examen des dossiers académiques des candidats via la plateforme Parcoursup. Face à l'épidémie du coronavirus, le ministère de l’Enseignement supérieur a bouleversé les règles du jeu.

"J’ai pleuré quand la nouvelle est tombée. J'ai l'impression d'avoir perdu deux ans", raconte la jeune fille. "Je suis presque sûre que ma candidature ne sera pas retenue. Mes résultats ne sont pas suffisamment bons. L’année dernière, je ne pouvais pas totalement m'investir à la fac de biologie où j’étais inscrite parce que je travaillais pour pouvoir financer la prépa mais aussi les frais de déplacement et d’hébergement occasionnés par les concours".

Lire aussi

Les candidats proposent des oraux en visioconférence

Les étudiants qui se sont préparés aux épreuves de sélection aux études d’orthophonie sont "dévastés", renchérit Michel Callamand, enseignant à Cours de France, la prépa suivie par Lauricia dans la cité phocéenne. "Ce n’est pas juste de recruter sur un dossier qui date d’un an. Depuis, des étudiants ont franchi des caps". Les candidats à la filière orthophonie demandent un report du concours pour être "jugés sur le travail intense d’une année", dans une pétition qui vient d'être lancée.

"Si vous avez peur de la fraude, nous vous proposons un oral en visioconférence seulement sur nos motivations. Et si vous avez peur par rapport à la connexion internet, nous pouvons vous envoyer un enregistrement de nos motivations", écrivent-ils à l'adresse de Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

La Fédération nationale des étudiants en orthophonie (FNEO), rappelle que les entretiens oraux ont pour objectif d’attester "de la maîtrise du langage oral du candidat, ainsi que de ses bonnes capacités communicationnelles et relationnelles, indispensables à l’exercice de l’orthophonie". Ce qui peut difficilement être apprécié par le seul examen des dossiers, selon l’organisation étudiante.

Lire aussi

L'égalité de traitement avec les candidats de PACES demandée

La pétition rappelle que les étudiants de PACES, première année communes aux études de santé qui donne accès aux filières médecine, pharmacie, dentaire, sage-femme et kiné, ont obtenu un report du concours. "Notre filière, l’orthophonie, sans doute jugée moins noble aux yeux du MESRI (ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, ndlr) n’aura pas cette chance".

Lire aussi

Comme toutes les filières paramédicales, l’orthophonie est chamboulée par une réforme en cours. À l’horizon 2021, le concours pour devenir orthophoniste, auparavant composé d’épreuves écrites et orales, sera remplacé par un dossier de candidature unique et un entretien oral. 2020 devait être une année de transition, avec deux modalités d’accès différentes.

La majorité des Centres de formation universitaire en orthophonie (CFUO) avaient prévu de recruter en modalité examen du dossier assorti d’un oral, deux devaient encore conserver le concours historique. La FNEO rappelle que la décision de sélectionner sur dossier en 2020 ne doit pas être la porte ouverte à la suppression des entretiens oraux dans les prochaines années.

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !