1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. Dentaire : les étudiants aspirent à la liberté d'installation et d'horaires
Enquête

Dentaire : les étudiants aspirent à la liberté d'installation et d'horaires

Envoyer cet article à un ami
Selon une enquête de l'UNECD, les futurs dentistes demandent notamment davantage une​ liberté d’installation​. // © luckybusiness / Adobe Stock
Selon une enquête de l'UNECD, les futurs dentistes demandent notamment davantage une​ liberté d’installation​. // © luckybusiness / Adobe Stock

"L’exercice idéal [du métier de dentiste], selon les étudiants est caractérisé par des ​libertés d’installation​, d'horaires et de thérapeutiques​, à l’aide d’un ​plateau technique complet​", affirme l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire dans une enquête qui vient de paraître. Dès le début de leurs études, 70% des interrogés déclarent avoir déjà réfléchi à leur mode d’exercice et à leur futur lieu d’installation.

Si le remplacement s’impose aujourd’hui à la sortie de la faculté, les futurs chirurgiens-dentaires souhaitent en majorité créer un cabinet ou s’associer, affirme, l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) dans une étude qui vient de paraître.

En octobre 2019, l’organisation étudiante a lancé l’enquête "Votre installation, parlons-en !", qui a recueilli 2.359 réponses. "L’exercice idéal, selon les étudiants, est caractérisé par une​ liberté d’installation​, d'horaires et de thérapeutiques​, à l’aide d’un ​plateau technique complet. Cet exercice est envisagé en équipe, dans un ​cabinet de groupe​", souligne l’UNECD.

Lire aussi : Quelles études pour devenir dentiste ?

Les étudiants en chirurgie dentaire se déclarent trop peu informés sur les possibilités d'installation

Leur projet d’installation une fois diplômés, les étudiants y pensent bien avant l’entrée dans les études de santé. Ainsi, au début de leurs cursus, 70% d’entre eux déclarent avoir déjà réfléchi à leur mode d’exercice et à leur futur lieu d’installation. Ce pourcentage augmente au cours de leur parcours de formation pour atteindre 90% en sixième année, selon l’enquête.

Ces chiffres contrastent avec les connaissances des étudiants liées à la démographie et à l’installation. Ainsi, à la question "Vous sentez vous assez informé sur les possibilités et démarches à entreprendre lors de l’installation ?", 78% des interrogés répondent par la négative.

À la question "Où iriez-vous chercher des informations concernant l’installation ?", les étudiants plébiscitent "les confrères et consœurs plus âgés", puis les facultés, et les ordres départementaux. "Ces chiffres révèlent un paradoxe avec la construction précoce d’un projet professionnel et une absence d’informations pourtant nécessaires à un bon maillage territorial et une installation réussie", souligne l’UNECD.

Lire aussi : Licences de santé : comment s'inscrire en PASS ou en LAS sur Parcoursup ?

En remplacement, en libéral… comment se voient-ils exercer ?

Quel est le mode d’exercice le plus probable à la sortie de la faculté ? Pour 79% des étudiants, c’est le remplacement. Au début des études (2ème année), ils ne sont que 12% à considérer ce mode d’exercice comme le plus probable. Mais celui-ci s’impose progressivement. Les collaborations libérales ou salariées sont envisagées pour respectivement 40% et 20% des étudiants. Les salariats en centre sont souhaités par seulement 5% des étudiants.

Pourquoi ont-ils choisi la chirurgie dentaire ?

Les critères sur lesquels les futurs chirurgiens-dentistes se sont basés pour choisir la filière odontologie sont également mises en lumières par l’enquête. L’importance de ceux-ci a été évalué sur une échelle de 1 à 5. "Être soignant" constitue la principale motivation des étudiants obtenant une note globale de 4,6. La "liberté d’installation" est très plébiscitée aussi avec un score de 4,5, suivie par la "liberté d’horaires", (4,5) et par "le travail manuel" (4,2) puis enfin par la rémunération (4,1).